L’épopée des douaniers en Indochine (1874-1954) – Dominique Niollet

Parution du livre le 21 janvier 1999 –  « Ce livre retrace pour la première fois l’histoire des douanes et régies de l’Indochine, des premiers pas de la conquête jusqu’en 1954. Cette fresque de l’installation puis du fonctionnement d’une administration française en Extrême-Orient est d’abord celle d’hommes, européens et asiatiques qui, durant près d’un siècle, furent les principaux pourvoyeurs du budget de l’Indochine grâce aux régies du sel, de l’alcool de riz et de l’opium… » (4°couverture) auxquels nous ajouterions une éphémère régie de la cannelle en Annam au début des années 1890

En effet c’est la création des contributions indirectes dès le 1° janvier 1882 devenues douanes et régies en 1888 mais surtout leurs unifications en 1897 du temps de Paul Doumer, gouverneur général à l’époque. Ajoutons la taxation des marchandises importées ou exportées et la recherche des contrebandiers; au Tonkin, ils remplissent en outre des tâches spécifiques liées à la proximité de la Chine. Et l’on comprend l’importance de ce service pour le budget général de la colonie, il apportait les 3/4 des recettes.

Pourtant ses effectifs furent toujours fort réduit. En 1908, par exemple, il y avait 1299 Européens dont 678 au service des bureaux, 522 au service actif, 99 en flottille et aux ateliers auxquels on ajoutera les 2000 auxiliaires asiatiques attachés à des postes subalternes

C’est aussi l’histoire des travers de la colonisation dans cette partie de l’Asie: avec l’opium parce que la douane avait recu comme unique objectif d’écouler la plus grande quantité possible de cette drogue parce que les recettes à ce trafic représentaient un des principaux piliers budgétaires de la colonie. La gabelle qui a été supprimée en France à la Révolution a été imposée ici…etc…

Alors laissons l’auteur conclure cette aventure par quelques mots choisis :

« Si les mots aujourd’hui surannés de pirate, d’opium ou encore de piastre confèrent toujours à l’Indochine un parfum d’exotisme mêlé de mystère, celui de douane évoque plus prosaïquement une lutte constante contre des trafics occultes et illicites. Au delà de ces clichés réducteurs, de l’Asiatique aux yeux hermétiques et du fonctionnaire à l’affut, les douaniers ont été étroitement associés à l’aventure coloniale de la France en Extrême-Orient en traversant et le plus souvent en participant aux épisodes majeurs de l’histoire fiscale, politique et militaire de l’Indochine française… »

Dominique NIOLLET, diplômé en droit et en études politiques des universités de Sarrebrück et de Bordeaux, est un ancien élève de l’Ecole Nationale des Douanes.

Sommaire : 

  • 1874-1896
    • Les douanes franco-annamites
    • Le quadrillage douanier de l’Indochine
    • La pacification du Tonkin
    • Les régies de l’opium
  • 1897-1945
    • Les belles heures des douanes et régies
    • Le commerce de l’opium
    • La contrebande de l’opium
    • La régie de l’alcool
    • La régie du sel
  • 1945-1954
    • Face aux japonais
    • La douane dans la tourmente
    • L’enjeu de l’opium.

Vous aimerez aussi...