Le sale boulot : Confessions d’un flic à la dérive (Marc La Mola)

Policier portant son arme © AFP / Lionel Bonaventure

Son arme, Marc La Mola l’a portée longtemps dans le creux de ses reins, jusqu’au jour où elle se retourne contre lui.

Depuis gamin, Marc La Mola a toujours rêvé être flic. « Ce qui me plaisait c’était l’idée de servir. Les armes ne m’ont jamais passionné ».

Et pourtant, il passera plus de 20 ans en compagnie de son revolver. Des nuits entières à sillonner les quartiers difficiles de Marseille et des environs, à « traquer les voyous », sans jamais se servir de son arme, dissuasive et protectrice plus que destructrice. Mais il a suffi d’une fois pour que tout bascule.

Aujourd’hui Marc La Mola écrit des livres. Son premier roman autobiographie Le sale Boulot, confession d’un flic à la dérive, lui a servi d’exutoire lors de son burn out.

LES DERNIÈRES FOIS du  samedi 1 juillet 2017 –  Pour en savoir plus sur Marc s’est séparé de son arme – France Inter

Parution du livre le 2 novembre 2012 – Le témoignage exceptionnel d’un flic marseillais. Une plongée dans les coulisses les plus sombres de la société.

De la brigade anti-criminalité de nuit (BAC) à la Crim’, en passant par la police du métro parisien, Marc La Mola a travaillé dans de nombreuses affaires où se côtoient la misère, la violence, la haine et l’ignorance. Il n’a jamais oublié les regards qu’il a croisés, les cris qu’il a entendus, les larmes qu’il a essuyées. Il n’a jamais accepté les carences de son institution et l’hypocrisie de sa hiérarchie. Un jour, il a fini par craquer. Il a tenté de se suicider.

Dans Le Sale boulot, Marc La Mola entraîne le lecteur dans des endroits sordides, des cités sensibles et des commissariats miteux. Loin, très loin des clichés de flics de cinéma ou des séries télé, il nous plonge dans le quotidien de flics de base. Un voyage dont personne ne sortira indemn. Car toutes les histoires qu’il nous raconte sont fidèles à la réalité…

Extrait du prologue : 14 février 2011, dix-neuf heures quarante-cinq minutes. Il fait froid, il pleut.

Les pavés du boulevard sont gras et sales. Pollution, déjections de chiens et crachats mêlés à la bruine forment un tapis abject.

Je me dissimule dans une grande veste noire et recouvre la moitié de mon visage d’un chèche de coton. J’évite les regards, fixe seulement la pointe de mes chaussures détrempées qui écrasent les immondices.

La crasse… J’y trempe depuis plus de vingt-cinq ans !

Je viens de laisser la grande porte en bois se refermer et, derrière elle, un homme élancé en costume gris. Il ne rit pas, ou alors très rarement, il écoute. Je lui ai parlé de moi, de mon travail et de mes années de galère durant lesquelles j’ai voulu me battre contre les événements, les gens, les institutions.

Je lui ai raconté mon mal-être. Il m’a écouté puis a conclu d’une voix monocorde que j’étais dans un état dépressif.

La fine pluie mouille toujours ma veste, elle s’alourdit. Je progresse lentement vers mon domicile. Mon cerveau va plus vite que la cadence de mes pas. Il turbine, il carbure, il est saturé ! Tout se mêle, rien n’est plus défini.

J’ai du mal à retenir mes larmes.

Chaque pas marque le tempo de ma vie professionnelle, de ma carrière. J’avance encore lorsque mon raisonnement se structure, je revois ce que j’étais alors que je n’avais que dix-huit ans, je ressens ma motivation de l’époque. Et je constate que depuis, je n’ai fait que glisser, inexorablement. Une longue descente vers mon état psychologique actuel. A cause de ce sale boulot.

Ce sale boulot que je hais aujourd’hui et que j’ai pourtant tant aimé…

Les quelques centaines de mètres qui me séparent de mon appartement me paraissent interminables et pourtant, cette brève marche en solitaire m’aide à ranger le désordre qui s’est installé dans mon crâne. Je sombre, je vais couler à pic si je ne saisis pas la bouée chimique qui vient de m’être prescrite.

Je pose mon petit sachet en plastique sur le métal du comptoir de la cuisine, j’en extrais des boîtes de médicaments… C’est la première fois que je vais prendre des antidépresseurs !

Ma compagne sait depuis bien longtemps que je m’enfonce, elle a tant souhaité que je consulte un psy !

Putain, j’ai oublié la Saint-Valentin !

Mais je suis brisé. Par mon métier. Vingt-cinq ans de police ne s’effacent pas aussi facilement. Même avec des drogues légales. Mon cerveau est en miettes, mais si je parviens à rassembler mes souvenirs, je pourrai peut-être trouver une explication cohérente à cette descente aux enfers.

Je suis flic, flic de base… Ces mots, dans mon vocabulaire, n’ont rien de péjoratif. Au contraire, je trouve même cela plutôt joli comme appellation. La base, ce n’est pas dévalorisant ! C’est le socle. Le support.

Durant ces longues années, j’ai traîné dans des commissariats miteux, sales et bruyants comme des halls de gare les jours de grand départ. Mais moi, je ne partais pas. Je restais, ou alors, je partais, mais pour des destinations encore plus infectes.

Un mot de l’auteur : Flic depuis plus de vingt ans j’ai transporté, tel un lourd fardeau, des regards, des larmes et des cris. J’ai porté les maux de la société, j’ai côtoyé ses misères et je mesure aujourd’hui le gouffre, aux fonds abyssaux, séparant la police de la société.

J’ai mis sur le papier ces mots, ces phrases pour constituer ce texte parfois dur, parfois sombre mais tellement vrai.
Je n’ai pas pu écrire la police comme tant d’autres l’ont fait, je l’ai écrite telle qu’elle est…J’ai placé le canon de mon arme dans ma bouche pour oublier ce que j’ai vu, pour ne plus savoir les conditions de vie d’une immense partie de notre société, pour ne plus subir l’incompétence et l’indifférence d’une hiérarchie policière seulement obnubilée par son déroulement de carrière et ses primes aux résultats.

J’ai voulu en finir en voyant défiler, sur les murs de mon appartement, les scènes difficiles de mon boulot, mon sale boulot.
Dans ce récit je vous présenterai mon quotidien ponctué d’affaires dans lesquelles j’ai travaillé, vous comprendrez pourquoi la police est malade, vous saisirez aussi les maux dont souffre notre société.J’ai aimé ce métier comme l’on peut aimer une femme en secret, je lui ai tout sacrifié. J’ai même voulu lui donner ma vie…

Dans mon livre j’ai exorcisé les montagnes de choses abjectes trop longtemps approchées, j’y ai aussi raconté le quotidien ordinaire d’un flic de terrain, d’un flic en prise directe avec la société. Marc LA MOLA

 Marc La Mola  (Auteur),‎ Bénédicte Desforges (Préface)

Éditeur : Jean-Claude Gawsewitch (2 novembre 2012)

Collection : COU DE GUEULE

Marc La Mola, policier : « mon sale boulot » – vidéo Dailymotion

 


Vous aimerez aussi...