1972 : les mutins de Nancy, des barricades dans nos prisons

Des détenus de la centrale Charles III de Nancy occupent le toit de la prison, le 15 janvier 1972 lors d’une mutinerie. (LAB) AFP PHOTO © AFP / (LAB) AFP PHOTO

Et aujourd’hui plus de quarante après, si les causes diffèrent un peu les effets sont les mêmes, grève, violence, surpeuplement… rien ne va dans nos prisons ! 

L’état des centres de détention et maisons d’arrêt en France est partout montré du doigt: épinglé par le Conseil de l’Europe, l’univers carcéral français est marqué par l’insécurité entre les détenus et l’insalubrité. Les vagues de suicides recensées sont l’un des symptômes du malaise dont souffrent les prisonniers comme le personnel des établissements pénitentiaires. Il y a un record de 69 430 personnes incarcérées en France au 1er mars 2017, soit un surpeuplement de 18% par rapport au nombre de places existantes…

Invitée Adeline Hazan, Contrôleure générale des lieux de privation de liberté

Adeline Hazan est magistrate, ancienne juge d’application des peines. Elle a été députée européenne PS, puis maire de Reims avant d’être nommée Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté

le site CGLPL 

Cette émission est une rediffusion du mardi 27 janvier 2015. Nous recevions alors Maître Henri Leclerc Président d’honneur de la Ligue Française pour la défense des droits de l’homme, il est l’un des avocats du procès des mutins de Nancy. Interview que vous pouvez retrouver ici.

AFFAIRES SENSIBLES du mardi 13 février 2018

Pour en savoir plus sur le site de l’émission France inter


Vous aimerez aussi...