Carte postale de Biribi – Récit autobiographique (Henri Larroque – retranscrit par François Rojon) 

Parution du livre en mars 2009 – Toute l’histoire de ce livre est celle d’une improbable destinée. Car ce témoignage est aussi étonnant que l’aventure du manuscrit qui en est à l’origine. Commencé par quelques notes écrites sur un lit d’hôpital, en 1918, il fut ensuite profondément remanié en 1928. Ce n’est pourtant qu’en 2008 – au bout de 90 ans – qu’il est finalisé et publié.

Henri Larroque est décédé depuis longtemps. Il ne saura donc jamais ce qu’il est advenu de son texte. De son propre aveu, il ne l’avait rédigé que pour lui-même, dans le seul but de conserver intact, le souvenir de faits et événements qui avaient profondément marqués sa vie. Il est vrai que dans le contexte de la première moitié du XXe siècle, ce récit était parfaitement impubliable. Si le proxénétisme, la pègre et les sévices corporels sont aussi vieux que le monde, il n’était pas question d’en faire ouvertement état. De plus, le langage fleuri, volontairement utilisé par l’auteur et directement emprunté aux protagonistes de l’histoire, aurait fini d’épouvanter le plus hardi des éditeurs.

Alors, si par miracle Henri Larroque venait à voir l’aboutissement de cette affaire, il ne fait aucun doute qu’il en serait surpris. Mais il en éprouverait aussi, probablement, une certaine satisfaction.

Carte postale de Biribi

 Les Editions Amalthée

Henri Larroque – retranscrit par François Rojon

154 pages – Litt.générale Autobiographie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *