A Compiègne, le Mémorial de l’internement et de la déportation a dix ans

Compiègne, ce jeudi. Le Mémorial de l’internement et de la déportation a pris place dans trois des 25 baraquements. Ils ont vu passer près de 50 000 résistants et victimes des représailles nazies de juin 1941 à août 1944. Il s’appelait alors le Fronstalag 122.

Le 23 février 2008, à Compiègne, le Mémorial de l’internement et de la déportation était inauguré. En dix ans, il a reçu plus de 115 000 visiteurs. Il nourrit de nombreux projets pour les dix ans à venir.

C’est un livre d’Histoire à ciel ouvert qui ne veut pas tourner la page sur les heures sombres de la Seconde Guerre mondiale. Le Mémorial de l’internement et de la déportation de Compiègne était inauguré le 23 février 2008.

En dix ans, plus de 115 000 visiteurs, dont 33 000 scolaires, ont franchi ses portes pour découvrir l’histoire du camp de Royallieu rebaptisé de 1941 à 1944 Fronstalag 122. « De par le nombre d’internés, nous sommes le deuxième camp de France après Drancy (Seine-Saint-Denis) », souligne Anne Bonamy, la directrice…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Stéphanie Forestier le 17 février 2018 sur le site Le parisien


Vous aimerez aussi...