Le 21 février 1944, étaient fusillés au Mont-Valérien 22 combattants des Francs-Tireurs et Partisans Main-d’Oeuvre Immigrée (FTP-MOI) de la Région parisienne

Denis PESCHANSKI, chercheur au CNRS. Photo Pierre TROVEL

Le 21 février 1944, étaient fusillés au Mont-Valérien 22 combattants des Francs-Tireurs et Partisans Main-d’Oeuvre Immigrée (FTP-MOI) de la Région parisienne. Une femme, Olga Bancic, était envoyée en Allemagne pour y être guillotinée. Ce groupe était le seul encore présent à Paris pour assurer la résistance armée, les autres groupes ayant été décimés les uns après les autres depuis l’automne 1941. On le connaît sous le nom de son commissaire militaire, Missak Manouchian. Citons aussi Celestino Alfonso, Marcel Rajman, tous deux membres de l’Equipe spéciale, ou Boczov, le patron du groupe des dérailleurs. Voilà une affaire qui illustre un chiasme bien instructif: ce sont des hommes et des femmes étrangers pour la plupart qui combattent pour la libération de la France et sont filés, arrêtés, interrogés par les policiers français de la Brigade Spéciale n°2 des RG au service, donc, des objectifs de l’occupant allemand.

L’image ici reproduite a été retrouvée par Serge Klarsfeld il y a une dizaine d’années. C’est l’une des trois seules photos d’exécutions au Mont-Valérien, et les trois montrent justement le martyre des héros de l’Affiche rouge.

Pour plus d’informations, je me permets de renvoyer à un livre que Stéphane Courtois, Adam Rayski et moi-même avons publié en 1989 chez Fayard et au documentaire réalisé par Jorge Amat et dont je suis l’auteur sous le titre « La traque de l’Affiche rouge » (Compagnie Phares et Balises, France 2). Denis Peschanski


Vous aimerez aussi...