Le crime de la place Maubert. Ou l’invention d’une légende urbaine… (Jean-François “Maxou” Heintzen)

« L’appellation de « canard criminel » est réservée à un certain type de publication occasionnelle – ou ephemera –, traitant de faits divers sanglants à travers un texte narratif, une illustration parfois sommaire, et une complainte. Ce media a toujours eu mauvaise réputation auprès des historiens et des littérateurs – On paie cinq centimes et on est volé ! –, car il lui est reproché de diffuser de fausses nouvelles, à mi-chemin entre l’épouvante et le mélodrame. Pour apprécier la réalité de ce préjugé, un travail d’investigation de longue haleine a porté sur plusieurs centaines de complaintes criminelles entre 1870 et 1940. La récente mise en ligne de la base de données associée à ce corpus vient nuancer les réticences quant à considérer ces textes chantés comme de véritables sources sur l’histoire des délits et des peines sur le territoire français (…) »

Lire la suite de l’article de Jean-François “Maxou” Heintzen dans la revue Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search