Le crime de la place Maubert ou l’invention d’une légende urbaine…

L’appellation de « canard criminel » est réservée à un certain type de publication occasionnelle – ou ephemera –, traitant de faits divers sanglants à travers un texte narratif, une illustration parfois sommaire, et une complainte. Ce media a toujours eu mauvaise réputation auprès des historiens et des littérateurs – On paie cinq centimes et on est volé1 ! –, car il lui est reproché de diffuser de fausses nouvelles, à mi-chemin entre l’épouvante et le mélodrame. Pour apprécier la réalité de ce préjugé, un travail d’investigation de longue haleine a porté sur plusieurs centaines de complaintes criminelles entre 1870 et 1940. La récente mise en ligne de la base de données2 associée à ce corpus vient nuancer les réticences quant à considérer ces textes chantés comme de véritables sources sur l’histoire des délits et des peines sur le territoire français.

Près de 450 faits divers avérés sur la période considérée ont eu les honneurs d’une complainte ou chanson. Cependant, pour élaborer cette base de données, il a fallu auparavant traquer les éventuelles « fleurs artificielles » dans l’abondante production des canardiers. En effet, la découverte, dans un ordre aléatoire, de canards criminels d’époques variables pose différents problèmes d’interprétation. L’identification du fait divers concerné, sa validation, sa datation, est la première étape. Nous étudions ici le cas d’une complainte, abondamment diffusée semble-t-il, à propos d’un crime qui se révèle ultérieurement être parfaitement imaginaire : Le crime de la place Maubert

Pour en savoir plus lire le l’article publié par Jean-François “Maxou” Heintzen sur le site de la revue Criminocorpus.



Citer ce billet
Philippe Poisson (2020, 12 octobre). Le crime de la place Maubert ou l’invention d’une légende urbaine…. Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndo4

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search