Ces criminels psychopathes non resocialisables : Le temps n’est pas un gage d’évolution favorable (Samuel Leistedt)

Samuel Leistedt, professeur à l’Université libre de Bruxelles et à l’U-Mons | © Ronald Dersin

Michel Bouffioux – Alors qu’un avocat se mobilise pour tenter de faire libérer Dutroux, il m’a semblé intéressant de faire le point sur la question des criminels psychopathes avec un expert de renommée internationale. « Il est démontré scientifiquement que certains profils de personnalités, certains types d’individus, malgré l’emprisonnement ou l’internement sur une longue durée, conservent une dangerosité telle qu’il demeure trop risqué de leur permettre de revenir dans la société.» Dixit Samuel Leistedt, professeur à l’Université libre de Bruxelles et à l’U-Mons, psychiatre aux « Marronniers », l’hôpital psychiatrique sécurisé de Tournai. Un aperçu de l’article est d’ores et déjà disponible via ce lien, l’intégralité de l’entretien est publié ce jeudi dans l’édition papier de Paris Match Belgique.

“Le propos du professeur Samuel Leistedt, cet expert de renommée internationale qui étudie l’univers mental des tueurs de masse et des tueurs en série, invite à la réflexion, alors qu’un avocat belge plaide pour la libération de Marc Dutroux, un tueur d’enfants qualifié de « psychopathe » par les experts psychiatres lors de son procès en 2004.

« Il est démontré scientifiquement que certains profils de personnalités, certains types d’individus, malgré l’emprisonnement ou l’internement sur une longue durée, conservent une dangerosité telle qu’il demeure trop risqué de leur permettre de revenir dans la société. En d’autres termes, pour certaines personnes, l’espoir de réhabilitation est extrêmement ténu. Cela ressort de nombreuses études cliniques ». Dixit Samuel Leistedt, professeur à l’Université libre de Bruxelles et à l’U-Mons, psychiatre aux « Marronniers », l’hôpital psychiatrique sécurisé de Tournai, conférencier à la Commission européenne et expert auprès des tribunaux européens et américains…

Pour en savoir plus lire le billet publié par    le 22 février 2018 sur le site de Parismatch.be


Vous aimerez aussi...