Je ne pouvais rien dire – Contre-espionnage, antiterrorisme : un ancien espion raconte (Paul-Louis Voger)

Parution du livre en  février 2018 : Paul-Louis Voger a fait toute sa carrière dans les «services» du ministère de l’Intérieur. Recruté dans les années 1980 au contre- espionnage de la DST (il a même été agent double pour contrer la pénétration de la police française par le KGB), il en dévoile les méthodes, parfois à la limite de la légalité : interrogatoires, visites de domiciles, écoutes, recrutement d’indics, examen de fadettes, manipulation de sources humaines…

Ce récit détaille certaines affaires terroristes que l’auteur a vécues en direct : la traque de Djamel Beghal, le mentor des frères Kouachi, le suivi des réseaux salafistes dans les quartiers ou en prison…

Il dévoile les coulisses d’une profession qui nécessite sang-froid, rigueur, méthode et abnégation, montre l’évolution du métier du renseignement sur trois décennies et rappelle le poids des enjeux politiques, comme les incidences de certaines réformes regrettables.

Une plongée saisissante au cœur des services secrets.

} télécharger un extrait

Paul-Louis Voger est le pseudonyme d’un membre de la DGSI, l’ex-DST, qui vient de quitter le service. Cet officier du renseignement a passé 32 années au contre-espionnage, d’abord soviétique. Tout jeune, il a même été «  agent double  » pour faire “tomber” l’un des principaux espions du KGB en France. Engagé dans la lutte anti-terroriste, notamment islamiste, il a été en charge des questions de sécurité auprès d’un préfet de région, avant de rejoindre en 2014 le nouveau service central du renseignement territorial. Titulaire d’un master d’études stratégiques, il est aujourd’hui consultant et responsable associatif.

Editions de l’Archipel

Guerre froide : Quand le KGB infiltrait la police française | Atlantico.fr


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. DAVENECOURT dit :

    Connaissant tant professionnellement que personnellement ce cher Paul-Louis VOGER, en tout cas son véritable patronyme, on peut se demander, vraiment au regard de tout ce qu’il dépeint dans son ouvrage comme s’il y avait réellement contribué, pourquoi la DGSI, soit l’ex-DST, n’a pas été dissoute dès son départ à la retraite ??