Human Bomb : une prise d’otage à Neuilly

13 mai 1993 : la prise d’otages de la maternelle de Neuilly .

 

Eric Schmitt, le preneur d’otages de la maternelle Charcot de Neuilly

Hondelatte raconte : Je vous raconte aujourd’hui, la prise d’otage de la Maternelle de Neuilly. Le 13 mai 1993, un homme cagoulé et casqué déboule dans une classe de maternelle de l’école Commandant Charcot de Neuilly près de Paris. Il est armé, prétend porter sur lui une sacoche bourrée d’explosifs et tient dans sa main gauche un boitier censé déclencher la bombe. La première personne à entrer en contact avec lui est le commissaire Touitou, patron de la Police des Hauts-de-Seine. L’homme lui remet un document signé HB destiné au ministre de l’intérieur, Charles Pasqua. Il réclame 100 millions de francs et une voiture rapide pour s’enfuir. Le RAID, l’unité d’élite de la police, arrive sur place …

Invité de l’émission le 29 janvier 2018 : Nicolas Poincaré, journaliste de radio et de télévision, qui anime tous les samedis « Tout terrain », l’émission grands reportages d’Europe 1, de 13h à 14h. Il était présent sur les lieux en tant que reporter de France-Info.

Pour écouter le document sonore sur Europe1

Parution du livre le 1er novembre 1998 – Le 13 mai 1993, un homme vêtu de noir, la tête cachée par un casque de motard, fait irruption dans la classe maternelle N8 du groupe scolaire Commandant- Charcot, à Neuilly. Le face-à-face des otages et de H.B. ( » Human Bomb « ) vient de commencer. Vingt et un enfants et leur institutrice, Laurence Dreyfus, sont en danger de mort. H. B. menace de tout faire sauter avec des bâtons de dynamite s’il n’obtient pas cent millions de francs. Les médias s’emparent aussitôt de l’affaire. Des journalistes campent devant l’école. La prise d’otages devient un événement national. Finalement, le preneur d’otages est abattu. Laurence Dreyfus est surnommée  » l’institutrice-courage « . Elle sera décorée de la Légion d’honneur par François Mitterrand. Edouard Balladur l’invitera à Matignon. La plupart des médias ont donné une version très romancée de cette histoire. Ce livre en propose une autre qui décrit l’envers du décor. Le témoignage de Laurence Dreyfus, réaliste et sincère, confronté aux comptes rendus journalistiques, révèle le décalage qui existe parfois entre le discours médiatique et la réalité.

Éditeur : Flammarion  Collection : Docs Témoignages

Parution du livre le 19 septembre 2007 – 13 mai 1993, prise d’otages de l’école maternelle de Neuilly-sur-Seine. Le RAID (Recherche, Assistance, Intervention, Dissuasion) est sur place. À la tête du groupe d’urgence, un homme, Daniel Boulanger. 46 heures de tensions et de négociations qui se solderont par la mort du preneur d’otages, Human Bomb. Le policier qui a abattu  » HB « , c’est Daniel Boulanger. Pour la première fois, le commandant Boulanger, aujourd’hui à la retraite, s’autorise à parler. Entendu par la justice après la mort du preneur d’otages, traité d' » assassin de la République « , soupçonné d’avoir exécuté  » HB  » sur ordre du ministre de l’Intérieur Charles Pasqua, le policier apporte une lecture inédite de ces 46 heures qui ont tenu la France en haleine. Il nous fait revivre de l’intérieur cette opération à hauts risques, quotidien des hommes en noir.

Daniel Boulanger a passé vingt ans au RAID. Il revient sur les grands moments de sa carrière – l’arrestation des militants d’Action directe et de ceux d’ETA militaire -, mais aussi sur les drames qui l’ont jalonnée, la mort des amis tués en service. Car, à chaque opération, se pose la même question : y aura-t-il un retour ?

Éditeur : Hachette Littératures

Parution du livre le 14 avril 2016 – Erick Schmitt a-t-il bien été abattu dans le cadre de la légitime défense définie par la loi? Non, car les expertises montrent qu’on aurait administré un anesthésique au preneur d’otages de Neuilly avant de le tuer. Telle est la thèse des magistrats qui ont rédigé ce livre et pour laquelle ils ont été mis en examen par Charles Pasqua. « Copyright Electre » Auteures : BÉATRICE PATRIE, ALAIN VOGELWEITH

Parution du livre le 5 octobre 2005 – Jeudi 13 mai 1993. Une journée comme les autres, sans actualité particulière, jusqu’à ce qu’une dépêche AFP stupéfiante tombe, à 11 h 27 un homme cagoulé et bardé d’explosifs a pris en otage une classe de maternelle à l’école Commandant-Charcot, à Neuilly. Vingt et un bambins de trois ans sont menacés d’une mort atroce… Qui a osé ? Qui est cet homme qui se fait appeler  » HB « , apparemment intelligent et structuré, dont les revendications financières extravagantes semblent cacher des motivations plus complexes ? Pendant que le pays tout entier retient son souffle, une partie tendue se joue sur plusieurs niveaux : dans la salle de classe, où l’institutrice et une femme médecin, otages volontaires, font preuve d’un courage exemplaire ; dans une autre aile de l’école, où les autorités ont établi une cellule de crise et où les psychologues essaient de décrypter le comportement de HB ; au ministère de l’Intérieur, où Charles Pasqua, le ministre, tâche de tenir à distance le procureur Pierre Lyon-Caen de façon à avoir les mains libres, mais aussi de contrer le tout jeune ministre du Budget, Nicolas Sarkozy, dont l’activisme et l’entregent lui font de l’ombre. Dans ce livre, Jean-Pierre About, qui a eu accès à tous les enregistrements sonores effectués par la police, raconte, minute par minute, le déroulement de ces quarante-six heures d’extrême tension, jusqu’à leur dénouement final et au-delà : car une fois HB abattu par le Raid, l’heure des règlements de compte viendra, avec son cortège de tartuferies et d’injustices.

 

Jean-Pierre About est grand reporter à TF1. Il est l’auteur, avec sa femme, Nahida Nakad, de Un couple dans la guerre (Calmann-Lévy, 2004). A l’époque des faits, il était chef des reportages et couvrait la prise d’otages de Neuilly pour la première chaîne. Envoyé sur place, il a été choisi par HB pour relayer ses exigences dans le journal télévisé. Il a pu dialoguer avec lui, le jauger. Ses impressions et ses souvenirs personnels donnent une puissance et une légitimité exceptionnelles à ce livre…

Éditeur : Calmann-Lévy (5 octobre 2005) Collection : C-LEVY

 

Les vidéos d’appui pour en savoir plus :

Hondelatte Raconte : Human Bomb, prise d’otage à Neuilly (Emission …

Hondelatte raconte – Human Bomb une prise d otage a Neuilly …

la prise d’otages de Neuilly – YouTube

Prise d’otage dans une maternelle à Neuilly Sur Seine – Archive INA …

20h France 2 du 14 mai 1993 – Prise d’otage à Neuilly – Archive INA …

Human Bomb à Neuilly, 20 ans – 13/05 – YouTube

SARKOZY libère un enfant otage -Neuilly – vidéo Dailymotion

Human Bomb : prise d’orages à la maternelle – Faites entrer l’accusé …

Sarkozy libère un otage – YouTube

 

Les principaux acteurs de ce drame :

La prise d’otages de la maternelle de Neuilly a lieu en mai 1993. Érick Schmitt, un entrepreneur chômeur et dépressif, retient en otage une classe de maternelle, armé d’un pistolet d’alarme et ceinturé d’explosifs, durant deux jours Comment on devient « Human Bomb » – Nouvel Obs

Médecin-capitaine des pompiers de Paris, Evelyne Lambert est restée aux côtés des enfants et de l’institutrice de l’école maternelle de Neuilly pendant toute la prise d’otages. Elle raconte la détention et ses échanges avec le ravisseur.Quarante-six heures avec «Human Bomb» – Libération

 Catherine Ferracci : «C’est un événement de ma vie, mais je ne l’ai pas vécu comme un drame personnel», confie aussi Catherine Ferracci, un des médecins venus dans la classe pour s’occuper des enfants. «J’ai eu la chance d’être écoutée par mes collègues, pendant et après. Pour d’autres, comme l’enseignante, cela n’a pas été le cas…»

Laurence Dreyfus, l’institutrice, a confié en 1998 dans un livre (Chroniques d’une prise d’otages) ses angoisses et frustrations, déplorant de n’avoir bénéficié d’aucun suivi psychologique après l’épreuve qu’elle venait de vivre. «La prise d’otages se termine, un pompier me dépose chez moi et tout est fini…», écrivait-elle…

Jean-Pierre About, à l’époque grand reporter à TF1, se souvient lui de «ces gamins chantant des comptines, dans cette classe bourrée d’explosifs».

«C’est l’image qui m’a le plus marqué dans ma carrière, plus que les bombardements à Bagdad», assure-t-il. Habitué à couvrir les zones de guerre, il se retrouve en tête-à-tête avec l’assaillant, qui veut parler à un journaliste de la première chaîne…

«Sarkozy était le maire de la ville, il n’était pas encore très connu et c’était dans son tempérament: toutes les conditions étaient réunies pour qu’il fasse un petit show, mais je ne voulais pas qu’il interfère dans l’action du Raid», justifie M. Pasqua, rappelant que «la situation était très préoccupante et prégnante»…

«Nous étions en permanence en état de légitime défense. Tout pouvait sauter à n’importe quel moment», justifie Jean-Claude Borel-Garin, numéro 2 du Raid de 1990 à 1994, qui a donné l’assaut.

Pour Jean-Claude Borel-Garin, après la polémique, «on sent le soufre», «le succès mondial est devenu infamant». «Même blanchi, votre honneur est entaché. C’était la première fois que le Raid abattait quelqu’un», souligne le policier qui sera ultérieurement directeur départemental de la sécurité publique de Gironde…Un ancien du Raid se souvient des derniers moments de «Human …

«Il a ouvert un oeil, j’ai tiré… Et si c’était à refaire je le referais», répond très simplement 20 ans après Daniel Boulanger, le tireur du Raid.

«La prise d’otages, ça m’a pourri la vie», lâche M. Boulanger. Après les événements, le policier passe «deux ou trois ans au placard» avant d’être promu chef de la 1ère section intervention, jusqu’à la retraite. «Mais l’amertume, elle est restée», confie-t-il, estimant avoir été «lâché par sa hiérarchie»…Le témoignage du policier qui a tué Human Bomb – Le Parisien

Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur à l’époque : Le premier flic de France veut alors écarter du terrain Nicolas Sarkozy, le jeune maire de la ville huppée et ministre du Budget, qui s’est improvisé un peu plus tôt en médiateur pour faire libérer des enfants…


Vous aimerez aussi...