Le sort des gendarmes juifs sous l’Occupation (Benoît Haberbusch)

Parmi les grands services de l’État touchés par la législation antisémite du régime de Vichy, la gendarmerie n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie. Il est vrai que l’image du gendarme de cette période est plus facilement associée à celle des rafles et des camps d’internement qu’à celle des victimes de la Shoah. Les archives détenues par l’institution témoignent pourtant de la présence de gendarmes juifs et apportent de précieuses informations sur leurs conditions d’existence sous l’Occupation. Grâce à ces sources, il est possible de trouver des réponses aux questions qui se posent à leur sujet : combien étaient-ils ? Comment s’est organisée leur exclusion et quelle a été l’attitude du commandement ? Combien sont-ils à avoir survécu et comment leur réintégration s’est-elle opérée ? …

Petit-fils et fils de gendarme, Benoît Haberbusch est officier de gendarmerie, affecté au service historique de la Défense au château de Vincennes. Docteur en histoire, il a soutenu en 2003 à l’Université de Paris IV-Sorbonne une thèse sur la gendarmerie en Algérie de 1939 à 1945.

Ce spécialiste reconnu de l’histoire de la gendarmerie a publié une dizaine d’ouvrages et rédigé une centaine d’articles sur le sujet. En 2012, il a publié Les gendarmes face au crime durant l’entre-deux-guerres (Geste éditions). Il est également rédacteur en chef de la revue Histoire et Patrimoine des Gendarmes 

Pour en savoir plus lire le billet publié par Benoît Haberbusch  Revue d’Histoire de la Shoah – 2007/2 (N° 187) – Pages : 444 – ISBN : 9782952440950 – Éditeur : Mémorial de la Shoah

L’intégralité de l’article est désormais disponible sur le site de Cairn

 


Vous aimerez aussi...