Militaire, juriste et protecteur : le gendarme des années 1950 et 1960 d’après la Revue d’études et d’informations de la Gendarmerie nationale

Succédant à la Revue de la Gendarmerie, la Revue d’études et d’informations de la Gendarmerie nationale est présentée, dès son premier numéro, comme œuvre de refondation de l’Arme après l’épisode douloureux du second conflit mondial. Cette publication, qui voit le jour en 1949, est semestrielle la première année, puis devient trimestrielle. La revue présente, sous diverses rubriques, des sujets qui touchent au métier de gendarme, à l’histoire de la gendarmerie, aux autres forces de police, à l’action des unités, mais également des articles de réflexion concernant les armées et le système judiciaire français [1][1] La revue est divisée en rubriques qui sont : « Documentation…. La revue traduit ainsi la perception que les gendarmes ont d’eux-mêmes ou, plus exactement, un mélange relevant tout à la fois de messages que la rédaction veut transmettre et de leur propre perception en tant que corps. La période étudiée est riche, puisqu’elle est à la fois le cadre des conflits de décolonisation, de mutations rapides de la société française et de tensions politiques importantes. L’étude de la revue se révèle particulièrement intéressante pour savoir comment la gendarmerie se perçoit et/ou veut être perçue à l’aune de ces événements …

Xavier Périnet-Marquet : a soutenu à l’université Paris IV, en 2002, sous la direction de Jean-Noël Luc, une maîtrise intitulée L’Auto-représentation de la gendarmerie à travers la Revue d’études et d’informations, 1949-1967

Pour en savoir plus sur Cairn.info/revue-societes-et-representations-2003-2-page-65.

Sociétés & Représentations – 2003/2 (n° 16) – Figures de gendarmes


Vous aimerez aussi...