1907 : Clemenceau crée les Brigades du Tigre – Presse RetroNews-BnF

Célestin Hennion, préfet de police en charge des Brigades mobiles régionales, à l’extrême gauche, et les cadres des « Brigades du Tigre », Agence Rol, 1909 – source : Gallica-BnF

En ce début d’année 1907, Georges Clemenceau, alors président du Conseil et ministre de l’Intérieur, est confronté à un grave problème. La France est le théâtre d’une nouvelle criminalité particulièrement violente, mieux organisée, qui fait naître dans le pays un sentiment grandissant d’insécurité.

Outre les fameux Apaches [voir notre article], petits voyous délinquants qui sèment le désordre dans Paris et sa banlieue, les campagnes sont de plus en plus victimes des bandes délinquantes, qui commettent méfaits, pillages et assassinats.

Ainsi, les tristement célèbres « Chauffeurs de la Drôme », responsables de dix-huit meurtres, brûlent les pieds de leurs victimes pour se faire remettre leurs économies. La « Bande Pollet » quant à elle, forte de trente bandits sans foi ni loi, terrorise le nord de la France en se rendant coupable de nombreuses exactions. Au même moment, la « Caravane à Pépère », constituée d’une centaine d’hommes, tous déserteurs, bagnards ou malfrats, responsables de nombreux vols et escroqueries, et qui font la une des journaux sans que le gouvernement soit en mesure de mettre fin à leurs agissements.

Pour la seule année 1906, quelque 103 000 affaires criminelles et correctionnelles ont été classées sans que les auteurs aient pu être identifiés.

La police, quant à elle, est encore mal organisée, avec des méthodes et du matériel qui n’ont guère évolué en un siècle. Le 22 avril 1907, Le Petit Parisien se fait l’écho d’une situation peu brillante …

Pour en savoir plus lire le billet publié par Arnaud Pagès le 16 février 2018 sur le site de Retronews

A propos de cet article l’historien (Laurent López nommé chercheur au Service Historique de la Défense …)  me communique quelques précisions ” Bon, en 1909, Hennion n’est pas Préfet de police mais directeur de la Sûreté générale et le commissaire principal à la tête des Brigades mobiles est Jules Sébille (je ne reconnais pas sur le cliché, d’ailleurs ; “cadres”, ok, mais qui ?). En devenant PP en 1913, Hennion perd de facto tout autorité sur les BM puisque son autorité s’exerce désormais sur Paris. Donc, la légende BNF est pour le moins approximative… Et si le Petit Parisien est si bien informé, c’est qu’Hennion y cultive des amitiés dont il se sert comme levier pour agir sur l’opinion publique et les pouvoirs publics, ce dont certains parlementaires ne sont pas dupes du tout…

Toute coïncidence avec l’actualité… Amitiés.” LL

 


Vous aimerez aussi...