L’internement en Corse de civils étrangers pendant la Grande Guerre (Simon Giuseppi)

Corse, terre d’exil ! Depuis des siècles l’île de Beauté, sous la domination entre autres de Rome, des Républiques de Pise et de Gênes, de la Grande-Bretagne et de la France, a trop souvent été déconsidérée au point d’être désignée pour recevoir des populations non désirées sur le sol de la puissance dominatrice.

En l’an 41 de notre ère, Sénèque, banni de Rome, est déporté en Corse sur ordre de l’empereur Claude ; il séjourne huit ans dans la ville portuaire d’Aleria, face à la côte toscane, sans jamais connaître l’incarcération dans la tour située à cheval entre les communes de Pino et Luri et qui porte son nom, car elle ne sera construite qu’au Moyen Âge. Vers 1676, la République de Gênes vient en aide à la communauté de Grecs chrétiens du Magne, fragilisée par l’abandon de l’île de Candie à l’“infidèle” turc. Mais les Génois n’envisagent pas d’accueillir cette population sur la côte ligure. La Sérénissime pense plutôt à la Corse et attribue aux Hellènes des terres prises, sans les consulter, aux habitants de Paomia, proche de Cargèse…

Pour en savoir plus lire le texte intégral publié par Simon Giuseppi sur le site de la revue Cairn.info

Simon Giuseppi, de nationalité britannique, est né à Windsor, Grande-Bretagne, en 1941. Diplômé en jurisprudence de l’Université d’Oxford, il a fait carrière dans l’industrie du papier en qualité de cadre supérieur dans le service ventes et marketing d’une société multinationale. Depuis sa retraite, en 1995, il réside en Corse, île d’où est originaire sa famille.

Migrations Société – 2014/6 (N° 156) – La Première Guerre mondiale et les migrations – Pages : 180 – Éditeur : Centre d’information et d’études sur les migrations internationales – ISSN : 0995-7367 – Site internet

 

 


Vous aimerez aussi...