L’homme-frontière : Le douanier dans les montagnes des Alpes-Maritimes (1860-1980) – (Éric Gilidu)

La figure du douanier n’est pas inconnue des populations du comté de Nice au moment de l’annexion française en 1860, car en effet, le ci-devant comté accueillait déjà des agents du fisc royal, installés essentiellement à Nice pour assurer la surveillance du port franc, longtemps seul débouché sur la mer des États de Savoie [2][2] Cf. TRESSE, René, “La contrebande maritime du port…. D’autres agents surveillaient parallèlement le cours du Var et de son affluent de l’Estéron qui formaient frontière avec la France [3][3] Cf. THOMASSIN, Philippe, “Contrebande et tracasseries…. Plus anecdotiquement, les agents de l’État se retrouvaient à parcourir les sommets des Alpes niçoises jusqu’où s’étendaient les limites de la zone d’exemption fiscale du port franc [4][4] Cf. DEPUIDT, Élodie ; GILI, Éric, “Douane et douaniers…. Ils étaient censés contrôler le commerce des denrées soumises aux gabelles qui, en franchissant les montagnes, traversaient des frontières fiscales intérieures.2

L’intégration à l’État français modifia profondément l’organisation des douanes de l’ancien comté de Nice et, de fait, la perception qu’en avaient les populations locales. Le traité d’avril 1860 mit immédiatement en place un nouveau réseau de brigades territoriales, installées dans toutes les vallées : à Saint-Dalmas-le-Selvage, Saint-Étienne-de-Tinée (un bureau fut installé à Isola), Saint-Sauveur-sur-Tinée, Saint-Dalmas-Valdeblore pour la Tinée ; à Saint-Martin-Vésubie et Roque-billière pour la Vésubie ; à Sospel pour la Bévéra ; à Breil et Saorge (puis Fontan) pour la Roya. L’ensemble était complété par des postes plus ou moins régulièrement gardés, qui s’égrenaient le long des vallées et vallons qu’il convenait de surveiller…

Pour en savoir plus lire le texte intégral sur le site de la revue L’homme-frontière : Le douanier dans les montagnes des … – Cairn

Éric Gilidu auteur[1] : Président de l’Association Montagne et Patrimoine (amont), docteur en histoire, Université de Nice Sophia-Antipolis.

Migrations Société – 2012/2 (N° 140) – Pages : 324 – DOI : 10.3917/migra.140.0165 – Éditeur : Centre d’information et d’études sur les migrations internationales


Vous aimerez aussi...