La mort et les morts dans le roman policier (Franck Thilliez) 

Nous avons tous, un jour ou l’autre, ouvert un roman policier, que ce soit dans le cadre scolaire ou pour notre plaisir personnel. Dans ce genre littéraire, la mort est souvent placée comme le centre même de l’intrigue, celle par qui l’enquête débute et la traque du criminel commence. Le « mort », qui apparaît la plupart du temps dès les premières pages, revêt alors différentes identités, suivant la relation qu’il entretient avec les multiples personnages du livre : « victime » pour les policiers, « cadavre » pour l’identité judiciaire, « sujet » pour le légiste, « proche » pour la famille ou les amis. Pourtant figé, il donne l’impression de continuer à évoluer, voire même de revenir à la vie, et semble tenir une place à part entière dans le récit.2

Le mort a-t-il toujours une place prépondérante dans le roman policier ? Comment évolue-t-il au fil d’une enquête policière ? Quelle relation l’auteur entretient-il avec ce personnage très particulier ? L’écriture change-t-elle le rapport de l’écrivain à la mort ?…

Pour en savoir plus lire le texte intégral sur le site de la revue Cairn La mort et les morts dans le roman policier | Cairn.info

Franck Thilliez est l’auteur d’une quinzaine de romans, parmi lesquels Atomka, Le Syndrome E et, plus récemment, Pandemia et REVER. Lauréat du prix Etoiles du Parisien-Aujourd’hui en France pour le meilleur polar 2014 avec Angor, il confirme sa place de pilier du thriller français et continue d’alterner one shots et enquêtes menées par son couple phare, Lucie Henebelle/Franck Sharko. Adapté au cinéma pour La Chambre des morts (prix SNCF du polar français), Franck Thilliez est aussi scénariste…

Ses livres sont traduits dans le monde entier.

Études sur la mort – 2012/2 (n° 142) – Pages : 232 – ISBN : 9782847952254 – DOI : 10.3917/eslm.142.0173 – Éditeur : L’Esprit du temps


Vous aimerez aussi...