Aux mains des Britanniques et des Espagnols. La captivité des soldats et des officiers français au Royaume-Uni et dans la péninsule ibérique (Stéphane Calvet)

L’épisode se produit à Chalais, dans une petite commune de la Charente, le 10 octobre 1852. Alors qu’une foule nombreuse se précipite devant le wagon impérial pour accueillir Napoléon III, un vieillard de 79 ans, revêtu de son uniforme usé du 82e RI, a le privilège d’être installé au premier rang. Apercevant l’empereur qui s’avance alors vers lui, l’homme n’a plus de mots tant l’émotion est grande. Tétanisé, le lieutenant François Lépine est incapable de justifier sa présence devant le neveu du « grand homme » qui ne se doute pas que ce vétéran vient à lui pour réclamer une croix de la Légion d’honneur au nom des services rendus et des « souffrances endurées pendant une longue captivité ». Selon les états de service soigneusement conservés par le SHD, cet homme a effectivement passé cinq longues années en prison en Angleterre de 1809 à 1814. Le maire de la commune le prend même en exemple pour rappeler à l’opinion publique la singularité de son parcours [1][1]  A.N, LH/1597003 et SHD, 3 Yf 8290 (dossiers de Légion…

Pour en savoir plus sur le site de la revue Cairn.info/revue-napoleonica-la-revue-2014-3-page-17

Stéphane Calvet :

Historien né à Angoulême en 1970.

Après sa scolarité à l’école Saint-Paul, il étudie l’histoire à l’université de Poitiers puis à Paris I. Ses travaux portent sur le Premier Empire, en particulier sur la conscription, les officiers de la Grande Armée natifs de la Charente. Bénéficiaire d’une bourse d’études allouée par La Fondation Napoléon qui facilite son accès aux sources, il soutient à l’université d’Avignon, en 2009, sa thèse de doctorat qui sera publiée : Les officiers charentais de Napoléon, destins de braves.

Professeur d’histoire et géographie au lycée Guez de Balzac, il enseigne aussi à l’IEP et à l’université de Poitiers tout en continuant ses travaux sur le Premier Empire qui privilégient le combattant anonyme plutôt que l’Empereur ou l’état-major de la Grande Armée.

Il a publié
- en 2011 Les grandes affaires criminelles en Charente au XIXe siècle (1807-1915),
- en 2012 Petite histoire : Le département de la Charente (Geste Éditions),
- en 2013, à l’occasion du bicentenaire de la bataille de Leipzig : La guerre des peuples (éd. Vendémiaire),
- en 2016 une biographie du légendaire Cambronne (éd. Vendémiaire).

Il est élu membre titulaire de l’Académie d’Angoumois le 18 novembre 2013.

Napoleonica. La Revue – 2014/3 (n° 21) – Pages : 142 – DOI : 10.3917/napo.153.0017 – Éditeur : La Fondation Napoléon


Vous aimerez aussi...