Les prisonniers français en Grande-Bretagne de 1803 à 1814 – Étude statistique à partir des archives centrales de la Marine (Patrick Le Carvèse)

On ne peut étudier le sort des prisonniers français en Grande-Bretagne pendant les guerres de l’Empire sans aborder la question des pontons. Ce mot est synonyme de système carcéral inhumain, inventé par la « perfide Albion » pour châtier ses ennemis préférés, c’est-à-dire les Français. Toutefois, malgré leur importance, les pontons ne constituent pas l’intégralité du dispositif et ne sont pas une exclusivité britannique.

L’appréciation sévère portée généralement à l’égard des centres de détention britanniques, et spécialement des pontons, doit être nuancée, car l’analyse des données disponibles aux archives centrales de la Marine contredit bien des idées reçues. Certes, ces données ne répondent pas aux questions de nature qualitative : les prisonniers sont-ils ou non maltraités, existe-t-il une surmortalité directement imputable aux geôliers britanniques ? En revanche, elles permettent de répondre, dans bien des domaines, à la question « combien ? ». Après une première approche globale concernant l’évolution du nombre de prisonniers et les modes de libération, cette étude s’attache à rendre compte de la répartition spatio-temporelle des prisonniers (selon les modes de détention que représentent les prisons, les pontons et les parole towns), et de la mortalité de ces hommes, suivant leur lieu de détention et leur arme d’appartenance…

Pour en savoir plus lire le texte intégral publié par Patrick Le Carvèse sur le site de la revue Cairn.info/revue-napoleonica-la-revue-2010-2-page-3

Napoleonica. La Revue – 2010/2 (N° 8) – Pages : 106 – DOI : 10.3917/napo.102.0003 – Éditeur : La Fondation Napoléon


Vous aimerez aussi...