L’histoire des femmes au défi de la déportation (Christine Bard)

Ravensbrück, objet d’histoire ? Jusqu’à nos jours, ce camp de concentration pour femmes n’est-il pas avant tout, en France, un objet mémoriel, fort de nombreux témoignages, familier, en raison surtout de l’existence du maître-livre de Germaine Tillion  [1][1] « À la recherche de la vérité », dans « Ravensbrück »,…, mais en marge du grand récit historique ? Dans le domaine plus spécifique de l’histoire des femmes, son « insistante absence » ne manque pas d’interroger. L’approche « par le genre » de la déportation serait-elle inappropriée ? Les réflexions qui suivent n’ont pour seule ambition que de démontrer le contraire.

La déportation et les camps occupent une place mineure dans les récits sur l’histoire des femmes au XX e siècle. Ce thème est parfois totalement absent dans des chapitres portant sur « les femmes pendant la Seconde Guerre mondiale ». Il ne s’agit pas à proprement parler d’un « oubli », lequel ne menace pas, en tout cas pour le moment, la déportation, dont les représentations ordinaires sont au contraire très mixtes, en raison de la Shoah. Notre hypothèse est plutôt que la déportation n’est pas considérée comme centrale. Qu’il s’agisse de la Solution finale ou de la répression de la résistance, la pertinence de ces événements pour comprendre les relations entre les hommes et les femmes ne s’impose pas d’emblée. Dans les années 1970, alors que le résistancialisme s’effondre, personne n’écrit « Être femme sous Pétain », personne ne filme « Françaises, si vous saviez… »  [2][2] Nicole Gabriel, « Un corps à corps avec l’Histoire :…. Pourquoi ? L’histoire, la grande histoire, se décline encore au masculin. Mais l’histoire d’inspiration féministe qui se développe alors passe d’une certaine manière à côté de la Seconde Guerre mondiale. A l’histoire du temps présent, à l’histoire politique, elle préfère une histoire plus anthropologique, plus sociale, attentive à la vie quotidienne  [3][3] Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, Fontenay,…

Pour lire le texte intégral sur le site de la revue Cairn.info/revue-histoire-politique-2008

Christine Bard est professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Angers, membre du CERHIO-HIRES et membre du Centre d’histoire de Sciences Po. Elle travaille sur l’histoire du féminisme : Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940 (Paris, Fayard, 1995) ; direction de Madeleine Pelletier (1874-1939). Logique et infortunes d’un combat pour l’égalité (Paris, Côté-femmes, 1992) – et s’est aussi intéressée à l’antiféminisme – direction d’Un siècle d’antiféminisme (Paris, Fayard, 1999). Depuis 2000, elle préside l’association Archives du féminisme (http://www.archivesdufeminisme.fr/) et vient de publier, avec Annie Metz et Valérie Neveu, le Guide des sources de l’histoire du féminisme (Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2006) et, avec Janine Mossuz-Lavau, Le Planning familial. Histoire et mémoire 1956-2006 (Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2007).

Elle a élargi son champ de recherche à l’histoire politique, culturelle et sociale des femmes en France au XX e siècle : Les Garçonnes. Modes et fantasmes des Années folles (Paris, Flammarion, 1998) ; Les Femmes dans la société française au XX e siècle(Paris, Armand Colin, 2001, traduit en allemand, 2008). Elle a dirigé plusieurs ouvrages collectifs : Femmes travesties. Un mauvais genre (Clio, n?10, 1999, avec Nicole Pellegrin) ; ProstituéEs (Clio, n?17, 2003, avec Christelle Taraud) ; Le Genre des territoires (Angers, Presses de l’université d’Angers, 2004) ; Quand les femmes s’en mêlent. Genre et pouvoir, avec Christian Baudelot et Janine Mossuz-Lavau (Paris, La Martinière, 2004).

Elle coordonne Musea, musée virtuel dédié à l’analyse des représentations des genres (http://musea.univ-angers.fr/) …

Histoire@Politique – 2008/2 (n° 5) – Pages : 110 – DOI : 10.3917/hp.005.0002 – Éditeur : Centre d’histoire de Sciences Po


Vous aimerez aussi...