Le gouvernement de Louis XVIII et le retour des prisonniers de guerre français en Russie 1814-1816 (François Houdecek)

Le 2 avril 1814, Alexandre Ier intervenait à Paris devant le Sénat. Après avoir réagi à la déchéance de Napoléon proclamée quelques instants plus tôt, il déclara « pour preuve de cette alliance durable que je veux contracter avec votre nation, je lui rends tous les prisonniers français qui sont en Russie. Le Gouvernement provisoire me l’avait demandé. Je l’accorde au Sénat d’après les résolutions qu’il a prises aujourd’hui » [1][1]  Moniteur du 5 avril 1814.. De 1812 à 1814, on estime que 160 000 à 200 000 [2][2]  Vladène Sirotkine, « Le sort des soldats et des officiers… soldats de la Grande Armée (français et alliés) furent détenus en Russie. Beaucoup avaient été faits prisonniers durant la campagne de 1812, mais les campagnes de 1813 et 1814 engendrèrent également un grand nombre de captures. Au fur et mesure du repli de l’Empire les Prussiens, les Autrichiens, les Ibériques, etc., avaient été libérés. En 1814, il restait beaucoup de soldats français en captivité dans l’empire du Tsar. Autant d’hommes dont il fallait désormais organiser le retour à l’image de ce qui devait se faire pour les soldats captifs disséminés dans toute l’Europe. Louis XVIII fut sensible [3][3]  Léonce Bernard, Les prisonniers de guerre du Premier…, non sans un certain calcul politique, à la question du retour des prisonniers et ne ménagea pas les efforts de l’État pour organiser ce mouvement…

Pour en savoir plus sur le site de la revue Cairn.info/revue-napoleonica-la-revue-2014

Responsable de l’édition de la Correspondance générale de Napoléon au sein de la Fondation Napoléon, François Houdecek en a dirigé le volume 4 (1803-1804). Il est par ailleurs spécialiste des questions militaires et sociales sous l’Empire et est auteur de nombreux articles sur ces sujets. En 2012, il a publié un recueil de lettre d’Eugène de Roussy, officier noble sous l’Empire (Fondation Napoléon/Nouveau Monde éditions) ainsi qu’un ensemble de mémoires sur la campagne de Russie (Service historique de la Défense). Commissaire de l’exposition des Aigles et des hommes au Château Vincennes, il a collaboré avec le Musée de l’Armée…

Napoleonica. La Revue – 2014/3 (n° 21) – Pages : 142 – DOI : 10.3917/napo.153.0045 – Éditeur : La Fondation Napoléon


Vous aimerez aussi...