Roland Vilella, La Sentinelle de fer : mémoires du bagne de Nosy Lava (Madagascar)- (Frédéric Keck)

La collection « Terre humaine » des éditions Plon, fondée par Jean Malaurie en 1955, est dirigée depuis janvier 2015 par Jean-Christophe Rufin, médecin, diplomate et écrivain. Elle poursuit une prestigieuse série de livres à la croisée de l’ethnographie et de la littérature, de l’étude et du témoignage [1][1]  On retiendra les titres suivants qui ont fait date :…, avec un nouveau comité éditorial et une nouvelle maquette. Le livre publié par Roland Vilella marque bien ce renouvellement dans la continuité.3

Roland Vilella est un navigateur qui voyage depuis vingt ans dans les eaux de l’océan Indien. Entre 2004 et 2010, il a accosté à plusieurs reprises sur l’île de Nosy Lava, au nord-ouest de Madagascar. Il y a rencontré des bagnards enfermés à vie dans ce qui ressemble à un enfer sur une île apparemment paradisiaque. Des hommes, emprisonnés pour des meurtres sanglants ou de simples vols de bovins, sont soumis quotidiennement à la cruauté des gardes et à l’arbitraire des directeurs qui s’y succèdent. Le navigateur se fait le témoin des récits hallucinés de ces hommes ayant assisté à des scènes d’une violence inouïe et qui peuvent tous être décrits comme des survivants…

Auteur de l’article : Frédéric Keck

Pour en savoir plus sur le site de la revue https://www.cCairn.info/revue-gradhiva-2017-1-page-263

Gradhiva – 2017/1 (n° 25) – Pages : 270 – Affiliation : Revue affiliée à Revues.org  –ISBN : 9782357440951 – Éditeur : Musée du quai Branly

Parution du livre le 27 octobre 2016 – En 2004, Roland Vilella, un marin résidant à Madagascar, se rend par curiosité sur l’île de Nosy Lava, où peu de touristes se risquent : elle abrite un pénitencier digne des pires centres de détention de l’histoire. Bientôt, il fait la connaissance d’Albert, prisonnier hors du commun, condamné à 25 ans de bagne, et se lie d’une amitié sincère avec lui. Véritable mémoire vivante de ce lieu terrible, Albert se fait le porte-parole le porte-parole de ses camardes de misère affreusement torturés et tués en toute impunité durant des années.

Mêlant témoignages, enquête et reconstitution, dans la plus pure tradition de la collection Terre Humaine, Roland Vilella décrit le quotidien des oubliés de Nosy Lava pour en restituer la mémoire, de l’indépendance malgache à la fermeture du bagne en 2005. Au fil du récit, de violences sanglantes en anecdotes poignantes, l’histoire de l’île et celle d’Albert s’entrecroisent pour redonner vie et voix aux bagnards.

Roland Vilella navigue depuis plus de vingt ans dans l’océan Indien et connaît particulièrement bien Madagascar. De 2004 à 2010, il a été le seul à faire régulièrement escale dans l’île de Nosy Lava…

Éditeur : Plon

Collection : Terre humaine

La sentinelle de fer», Vilella retrace la mémoire du bagne de Nosy Lava

 


Vous aimerez aussi...