Entreprises dans la tourmente – Renault, Peugeot (1936-1940) – (Laurent Dingli)

Présentation de l’éditeur : Mai 1936 – Juin 1940 : rarement l’industrie française aura traversé une période aussi tumultueuse qu’au cours des années qui séparent la victoire du Front populaire de ” l’étrange défaite “. Pendant ces quatre années, les entreprises vécurent au rythme haletant des conflits politiques et sociaux, de la modernisation des usines, des grèves et des impératifs de la défense nationale. A travers le cas de deux grandes sociétés automobiles – Renault et Peugeot –, cet ouvrage d’histoire sociale et industrielle évoque la manière dont les entreprises françaises ont tenté de s’adapter aux réformes de 1936 tout en forgeant l’outil industriel capable de riposter à une agression nazie.

En abordant l’évolution de la condition ouvrière, les grands mouvements sociaux, le défi des quarante heures, la production d’armement et l’organisation de l’industrie de guerre, Laurent Dingli retrace l’histoire des deux entreprises de l’avènement du Front populaire à la défaite militaire de juin 1940.

Laurent Dingli est un historien et romancier français. Il est docteur en histoire.

En 1995, il soutient à Paris IV une thèse L’œuvre de Seignelay : structuration de l’État sous le règne de Louis XIV, Seignelay étant le marquisat du fils de Jean-Baptiste Colbert, également nommé Jean-Baptiste Colbert. Influencé par la psychanalyse et l’ethnologie, Il s’est particulièrement intéressé aux questions d’identité, notamment à travers son roman, Une pureté sans nom, consacré à l’histoire de l’Allemagne entre 1914 et 1945

Très investi en matière de préservation de la nature et de condition animale. Il préside l’Association de protection du site de Kerveron-Menhir, en Presqu’île de Crozon (Finistère)…

“Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont aidé et soutenu au cours de ces années de travail et je m’excuse d’avance auprès de ceux que je n’ai pas pu mentionner en début d’ouvrage. Sans parler de mes proches et de mes confrères, je songe aux nombreux archivistes (et magasiniers, ne les oublions pas !) qui à Paris, comme en province, ont favorisé ce travail de recherches.

Je voudrais enfin profiter de cette occasion pour m’adresser à toutes les personnes qui, depuis des années, me contactent pour trouver des informations sur le parcours de leurs parents employés chez Renault avant 1945, qu’ils soient ouvriers, dirigeants ou membres du personnel administratif. Ici, la recherche familiale rejoint l’Histoire et permet, parfois, d’exhumer de précieuses informations. Malheureusement, ces recherches ne donnent la plupart du temps aucun résultat notamment en raison de la masse d’archives à traiter, de l’accès aux sources (sans parler des recommandations de la CNIL). S’il ne faut pas désespérer de voir un jour mettre en place une grande base de données dédiée au personnel des usines et bien que le travail de Gilbert Hatry et de ses successeurs ait déjà ouvert la voie en ce qui concerne Renault, tout ou presque reste à faire dans ce domaine. Le travail en commun des historiens, des archivistes, des associations consacrées à la mémoire des entreprises et des particuliers, permettra peut-être de vaincre ces difficultés et de mieux appréhender la richesse de notre patrimoine industriel.

A ce sujet, je voudrais enfin saluer la politique d’ouverture des archives suivie par des entreprises comme Renault ou le Crédit Agricole/Crédit lyonnais. Ce n’est malheureusement pas le cas de Peugeot et je le déplore.

Que ceux qui auront l’occasion de lire ce livre n’hésitent pas à me contacter pour me faire part de leurs commentaires.

Je rappelle enfin qu’avec mon ami Jacky Ehrhardt, je prépare une grande synthèse sur l’industrie française de 1936 à 1947

Une bonne journée à tous

Laurent Dingli”

Laurent Dingli, Entreprises dans la tourmente – Renault, Peugeot (1936-1940), Presses universitaires François Rabelais, Tours, 2018