L’impossible bagne : les « envoyés » de l’île Bourbon à Sainte-Marie de Madagascar ? (Bruno Maillard)

Dans le courrier qu’il adresse au ministre de la Marine, le 8 janvier 1849, pour lui annoncer l’application du « décret libérateur » dans sa colonie, le commandant particulier de Sainte-Marie de Madagascar, Raimond Vergès, témoigne néanmoins d’un certain embarras [1][1]  Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), MAD299 ; Raimond…. Parmi les 2 028 esclaves libérés le 22 décembre 1848, 20 étaient la propriété de colons de l’Île Bourbon ou même de la Couronne déchue. Doit-il les « rapatrier » à l’Île de La Réunion (rebaptisée ainsi pour célébrer la République), conformément à l’article 4 du décret du 27 avril 1848 ou leur proposer un contrat d’engagement auprès d’un colon ou d’un autochtone saint-mariens au titre de la nouvelle réglementation locale adoptée par son administration le 28 octobre 1848 ? À en croire Vergès, ces affranchis jouissent d’une très mauvaise réputation. « Qualifiés comme dangereux », ceux-ci ont manifestement été « envoyés » sur Sainte-Marie entre 1825 et 1848 par les autorités bourbonnaises afin de « préserver la tranquillité de leur colonie »…

Pour lire le texte intégral sur le site de la revue Cairn.

Auteur :  Bruno Maillard, docteur en histoire

Annales historiques de la Révolution française – 2014/1 (n° 375) – Pages : 248 – Affiliation : Revue affiliée à Revues.org  — Numéros antérieurs disponibles sur www.persee.fr – ISBN : 978220090832790 – Editeur : Armand Colin


Vous aimerez aussi...