Prison et pénitence au XIXe siècle – Sophie Leterrier (Université d’Artois)

La prison pénale a été, dans la première moitié du XIXe siècle, une sorte d’utopie de théoriciens, l’antithèse des pénalités d’élimination de l’Ancien régime, le lieu fantasmatique dans lequel s’opéreraient la pénitence et le rachat du coupable. Dans le même temps, la plupart des praticiens de l’administration pénitentiaire visaient à intimider et à dissuader, plutôt qu’à réformer les hommes qui y étaient enfermés. Entre purgatoire et enfer social, la prison a été dès l’origine une question morale, au double sens de ce qui concerne les moeurs et de ce qui relève de l’éthique…

Par Sophie Leterrier 

Pour en savoir plus sur le site de la revue https://www.cCairn.info/revue-romantisme-2008-4-page-4

Romantisme – 2008/4 (n° 142) – Pages : 146 – Affiliation : Numéros antérieurs disponibles sur www.persee.fr – ISBN : 9782200924768 -DOI  10.3917/rom.142.0041 – Éditeur : Armand Colin


Vous aimerez aussi...