Bucoliques et emmurées, les prostituées et le régime de Vichy (Cyril Olivier)

L’incertitude des heures de la guerre, puis de la collaboration, la gêne matérielle des femmes seules mêlée à l’abstinence sexuelle forcée devaient susciter des “vocations”, provoquer quelque “engagement” dans la prostitution pour la durée de la guerre. L’absence d’hommes, d’ami, de fiancé, d’amant, de mari, mais également de père imposait au surplus, par cette forme de “dévirilisation sociale”, de libérer des comportements que la présence masculine aurait tempérés [1][1] Olivier (2002).2

En permettant à de jeunes gens d’assouvir leurs besoins sexuels, la prostitution les retarderait dans le mariage ; ce “fléau” est à ranger parmi les causes de la dénatalité. Plus encore, dans ce régime qui s’efforce de moraliser la vie sociale, la prostitution est une impiété : immoralité de celles qui vendent ce qu’elles ne devraient offrir qu’à leur époux, uniquement dans un but de conception, amoralité de ceux qui organisent cet odieux commerce. Fort d’une entreprise ambitieuse de “Rénovation Nationale”, l’État français se targue d’une réforme profonde de la législation de la prostitution [2][2] Les mutations de la réglementation de la prostitution…. Les pratiques observées s’en trouvent alors bouleversées, tantôt clandestines, fuyant la proscription réglementaire, tantôt tolérées, profitant au contraire de la corruption du système.3

En écho au travail pionnier d’Insa Meinen, mené notamment à partir des archives de la Wehrmacht, cet article, également issu d’une recherche inédite, voudrait considérer, à partir de documents émanant de diverses administrations françaises, des expériences vénales singulières, un contrôle des corps inédit, inhérents à la période de l’occupation et au régime de Vichy. Afin de clarifier le propos, de déconstruire les qualifications officielles distinguant les prostituées [3][3] Dès 1940, le secrétaire d’État à l’Intérieur Marcel…, le lecteur cheminera ainsi parmi les différents lieux d’exercice de la vénalité – extérieurs, hôtels, intérieurs privés, maisons de tolérance – afin de donner une plus grande lisibilité à la spécificité des pratiques vénales d’alors …

Pour lire le texte intégral sur le site de la revue Cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2003

Cyril Olivier, docteur en histoire, est l’auteur d’une thèse portant sur les Femmes de “mauvaises vies” dans la France de la Révolution Nationale (1940-1944), sous la direction de Frédéric Chauvaud. Spécialiste de la France de Vichy et de l’histoire de la sexualité, il a publié de nombreux articles portant sur les questions du genre et des sexualités féminines. Notamment dans les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique (“Du charivari au désordre judiciaire. L’irrémissible sexualité”, n?84, 2001, pp. 59-72), dans Histoire et société. Revue européenne d’histoire sociale(“Représentations et pratiques d’une expérience sexuelle anomique (1940-1944). Un itinéraire bisexuel dans le Poitiers des années noires”, n?3, 2002, pp. 40-44), dans Clio, Histoire, Femmes et Sociétés (“Un proxénète écrit à Suzy”, 17, pp. 115-136)…

Adresse : 14, route de la Magdeleine, 16240 Villefagnan.

Adresse e-mail : cyril.olivier.at.libertysurf.fr

Travail, genre et sociétés – 2003/2 (N° 10) – Pages : 270 – ISBN : 9782747548878 – DOI : 10.3917/tgs.010.0055 – Éditeur : La Découverte


Vous aimerez aussi...