Maurice Grimaud, le préfet médiatique (Christian Delporte)

L’anecdote ouvre le prologue du livre de Maurice Grimaud, En Mai, fais ce qu’il te plaît. Le Préfet de police de Mai … – Criminocorpus. Nous sommes le 3 mai 1968. Le préfet de police, en début d’après-midi, s’apprête à monter dans un hélicoptère, en compagnie d’un journaliste et d’un cameraman, pour commenter les problèmes de circulation à Paris, lorsqu’il reçoit un coup de téléphone du recteur Roche lui annonçant l’occupation de la Sorbonne. Le tournage est annulé. Comme l’écrit Grimaud, « Mai 68, c’est parti [1][1]  Maurice Grimaud, En mai fais ce qu’il te plait, Paris,… ».2

Le plus intéressant ici n’est pas ce qui s’est effectivement passé, mais ce qui était prévu : un tournage pour la télévision. Grimaud est préfet depuis moins d’un an et demi et, pourtant, il n’en est pas à son premier reportage. À cet égard, il se distingue comme un homme de rupture. Son prédécesseur, Maurice Papon, était absent de la radio et de la télévision et conservait ses distances avec les journalistes. Maurice Grimaud, au contraire, se montre disponible. Ce n’est pas seulement un changement de style. C’est aussi un changement de stratégie. Grimaud a compris le poids des médias, et singulièrement de l’image, pour accompagner ses projets, surmonter les obstacles et les inerties politiques ou administratives, tisser un lien direct avec l’opinion publique [2][2]  Les élections présidentielles de 1965 viennent de…. En cela, son usage des médias correspond bien à une stratégie de communication qui souligne aussi la modernité du personnage…

Histoire@Politique – 2015/3 (n° 27) – Pages : 162 – DOI : 10.3917/hp.027.0033 – Éditeur : Centre d’histoire de Sciences Po

Pour lire le texte intégral sur le site de la revue Cairn

Christian Delporte : Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Christian Delporte est membre et ancien directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC), spécialiste de l’histoire des médias et de la communication politique. Il a publié récemment : Une histoire de la séduction politique (Flammarion, 2011) ; Les grands débats politiques. Ces émissions qui ont fait l’opinion (Flammarion, 2012) ; Come back ou l’art de revenir en politique (Flammarion, 2014)… Pour en savoir plus sur Christian Delporte – UVSQ


Vous aimerez aussi...