Les « innommables » de la préfecture de Police (Geneviève Pruvost)

Parisian Traffic Policemen. France, Paris, 15 octobre 1968, des contractuelles, ou auxiliaires féminines de police, chargées du contrôle du stationnement, verbalisent les véhicules en infraction de stationnement dans les rues de la capitale… October 15, 1968 Licence

Contractuelles » ou « auxiliaires féminines », « pervenches » ou « aubergines », « femmes qui surveillent la sortie des écoles » ou « fliquettes chargées des parcmètres » : il est difficile de les désigner sans avoir recours à une périphrase, un sobriquet ou un statut professionnel. Ces femmes en uniforme ne sont pourtant pas invisibles. Elles travaillent sur la voie publique et sont bien connues des piétons et des conducteurs. Cette reconnaissance — au moins visuelle — par les usagers et les professionnels de la voie publique s’accompagne cependant d’une confusion, sinon d’une ignorance, sur la carrière, les titres, les postes et les missions qui sont dévolus à ces femmes : appartiennent-elles ou non à la police ? Loin d’être anecdotique, cette question a fait l’objet d’âpres luttes syndicales.2

En effet, des années soixante aux années quatre-vingt, la sortie des écoles et le stationnement payant ne relevaient pas, comme on aurait pu s’y attendre, de la compétence des corps actifs de la police — gardiens de la paix, inspecteurs, officiers et commissaires — mais des corps administratifs, spécialisés dans le secrétariat et la gestion, sans arme ni pouvoirs de police…

L’Homme et la société – 2002/1 (n° 143-144) – Pages : 256 – DOI : 10.3917/lhs.143.0029 – Éditeur : L’Harmattan

Pour lire le texte intégral sur le site de la revue Cairn

Geneviève Pruvost est chargée de recherche au CNRS (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales). Ce livre est issu de sa thèse L’accès des femmes à la violence légale. La féminisation de la police (1935-2005) , soutenue à l’Ecole des hautes études en sciences sociales en 2005. Elle travaille actuellement à une comparaison avec la féminisation d’autres métiers d’arme. Pour en savoir plus sur Cems.ehess.fr

 

 


Vous aimerez aussi...