Un métier en crise ? La gendarmerie de la Belle Époque … (Arnaud-Dominique Houte)

14 juillet 1911, l’adjudant F. fête l’obtention de la médaille militaire au milieu de ses collègues gardes républicains. Cris et chants viennent perturber la quiétude vespérale de la caserne Napoléon : un officier intervient pour disperser les convives et expulser les familles invitées. « Les libations aidant, la colère gronde », et une dizaine de gardes se surprennent à entonner L’Internationale devant des gradés médusés [1][1] Le Progrès, 20 juillet 1911. Cette affaire est reprise…. L’affaire prend des proportions suffisantes pour attirer une presse d’autant plus alléchée que les grèves de fonctionnaires restent un inépuisable sujet de conflits. À l’image des gardiens de la paix [2][2] Michel Berges, Le Syndicalisme policier en France (1880-1940),…, la Gendarmerie prendrait-elle, à son tour, le chemin de la contestation ? Cet épisode traduit, en tout cas, le développement d’un malaise que confirme l’inquiétude de nombreux parlementaires : « la Gendarmerie s’en va », déplore le député Humbert [3][3] Le Phare, 1er mai 1909.. Pourtant, la vraie nouveauté de cette crise ne réside pas tant dans son ampleur que dans la polyphonie du concert de complaintes. Car la voix des gendarmes se joint au chœur, en dépit des restrictions qui pèsent sur la parole des militaires. Sous couvert d’anonymat, la toute jeune presse des retraités ouvre ses colonnes aux opinions les plus diverses. Principaux interprètes du corps, Le Phare et Le Progrès de la Gendarmerie[4][4] Respectivement fondés en 1909 et 1911, ces deux journaux… fondent leur légitimité sur cette liberté de ton qui permet aux gendarmes de s’approprier des débats longtemps confisqués par leurs officiers ou par les autorités civiles. Nés de la crise, ces journaux accueillent des propositions hétérodoxes, tout autant qu’ils se recueillent sur un métier menacé. Alors que l’ordre public traverse une phase de redéfinition [5][5] Dominique Kalifa, « Insécurité et opinion publique…, l’occasion est belle de découvrir comment les hommes de troupe perçoivent leur condition, leur statut, leur profession. En profitant de cette brèche percée dans le mur du silence et des rapports administratifs, on entrevoit des ego-représentations du métier, tel qu’il est et tel qu’il devrait être. Il s’agit donc de mettre en évidence les tensions internes et les dynamiques d’affrontement, afin de mesurer la résistance d’une identité de corps fragilisée par la crise [6][6] Cet article s’inscrit dans le cadre de la préparation…. Ainsi espère-t-on mieux comprendre « qui habite l’institution, et de quelle manière » [7][7] Philippe Minard, « Faire l’histoire sociale des institutions :….

Pour en savoir plus sur le site de la revue Cairn

Arnaud-Dominique Houte :  ancien élève de l’École normale supérieure Fontenay/Saint-Cloud et agrégé d’histoire, est allocataire-moniteur à l’université Paris IV et membre du Centre de recherche en histoire du xixe siècle (Paris I-Paris IV). Il a soutenu à Paris IV, sous la direction de Jean-Noël Luc, une maîtrise sur La Gendarmerie dans le département du Nord (1814-1852), puis un DEA sur La fabrication du gendarme national au xixe siècle. Il prépare un doctorat, co-dirigé par Jean-Noël Luc et Jean-Marc Berlière, sur Le Métier de gendarme national au xixe siècle : la construction d’une identité professionnelle. Il a participé à plusieurs colloques et publié, en plus de divers articles, Gendarmes et gendarmerie dans le département du Nord (1814-1852), SHGN-Phénix-Éditions, 2000, 243 p. (Prix d’histoire de la Défense 2000). En savoir plus sur Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : HOUTE Arnaud-Dominique

Sociétés & Représentations – 2003/2 (n° 16) – Pages : 130 – Affiliation : Revue précédemment éditée par Nouveau monde Editions – DOI : 10.3917/sr.016.0153 – Éditeur : Éditions de la Sorbonne


Vous aimerez aussi...