Les médecins et la stigmatisation du vice solitaire (fin XVIIIe-début XIXe siècle) – (Anne Carol) 

En 1809, dans un ouvrage consacré à l’onanisme, le docteur Petit rapporte l’expérience malheureuse tentée par un de ses collègues. Appelé pour soigner un jeune homme plongé dans le marasme par sa honteuse habitude, il juge le malheureux trop atteint pour être sauvé, mais se propose de s’en servir pour dissuader un autre de ses patients, moins gravement touché, mais peu résolu à s’arrêter. « J’espérais, dit-il, qu’en offrant aux regards de ce dernier un aussi terrible exemple, je parviendrais à écarter absolument le principal obstacle qui s’opposait encore au succès de mes soins » [1][1] M. A. PETIT, Onan, ou le tombeau du Mont-Cindre, Lyon,…. Malheureusement, l’expérience réussit au-delà de ses espérances : le second jeune homme, épouvanté par l’exemple en question, se jette dans un puits au retour de sa visite, et le premier succombe peu après, désespéré davantage par cette culpabilité nouvelle.2

Cette anecdote me paraît être exemplaire des stratégies dissuasives mises en place par les médecins à l’encontre de la masturbation. On sait que jusqu’au XVIIIe siècle, l’onanisme intéresse davantage les théologiens que les médecins. Les « pollutions », volontaires ou non, le « péché de mollesse », constituent un péché mortel au même titre que la sodomie ou la bestialité, et au sujet duquel l’attitude plus ou moins tolérante de l’Église est encore l’objet de débats. On sait aussi que c’est au XVIIIe siècle que l’intérêt des médecins s’éveille, eux qui n’avaient jusque-là disserté de l’onanisme que dans le cadre plus général des dangers liés aux abus vénériens, et sans accorder une attention particulière à cette pratique. La parution en 1715 à Londres de l’ouvrage Onania, suivie de multiples rééditions, puis celle de L’onanisme du docteur Samuel Auguste Tissot en 1760, marquent la fin de cette période de relative indifférence, et le début d’une obsession phobique bien connue, qui va durer jusqu’au XXe siècle et jusqu’à Freud …

Revue d’histoire moderne et contemporaine – 2002/1 (no49-1) – Pages : 288 – ISBN : 9782701131061 – DOI : 10.3917/rhmc.491.0156 – Éditeur : Belin

Pour lire l’intégral du texte sur le site de la revue Cairn

Anne Carol est historienne. Professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille I et membre de l’Institut universitaire de France, elle a notamment publié Histoire de l’eugénisme en France. Les médecins et la procréation, XIXe-XXe siècle (Seuil, 1995), Les Médecins et la mort, XIXe-XXe siècle (Aubier, 2004, Prix de la Société française d’histoire de la médecine) et Physiologie de la veuveUne histoire médicale de la guillotine (Champ Vallon, 2012). Elle co-anime un séminaire sur l’histoire du corps à l’EHESS et participe à la monumentale Histoire des émotions (Seuil) sous la direction d’Alain Corbin. Dernier livre publié Au pied de l’échafaud – Une histoire sensible de l’exécution …

 


Vous aimerez aussi...