Les « aliénés » morts de faim dans les hopitaux psychiatriques français sous l’Occupation (Isabelle von Bueltzingsloewen)

Des dizaines de milliers de malades mentaux sont morts de faim dans les hôpitaux psychiatriques français entre 1940 et 1945. La polémique sur cette tragédie s’est concentrée, depuis plusieurs années, sur l’hôpital lyonnais du Vinatier, où deux mille d’entre eux n’ont pas survécu aux années noires. Elle a conduit, en octobre 2000, au lancement d’une enquête confiée à une équipe de spécialistes d’histoire de la santé et d’histoire de la France de l’Occupation. Coordinatrice de cette équipe, Isabelle von Bueltzingsloewen retrace l’histoire de la polémique, avant d’exposer les préalables méthodologiques de l’enquête en cours. On ne trouvera pas ici de résultats définitifs mais le rigoureux travail de construction d’un objet de recherche, loin des raccourcis sommaires et des jugements à l’emporte-pièce…

Vingtième Siècle. Revue d’histoire – 2002/4 (no 76) – Pages : 184 – Affiliation : Numéros antérieurs disponibles sur www.persee.fr – ISBN : 9782724629200 – DOI : 10.3917/ving.076.0099 – Éditeur : Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

Isabelle von Bueltzingsloewen : Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lumière Lyon 2 et membre du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (IARHRA), elle vient notamment de publier “L’hécatombe des fous : la famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation” (Aubier, 2007)… En savoir plus sur Isabelle von Bueltzingsloewen | LARHRA

Pour lire le texte intégral sur le site de la revue Cairn

Intervenants : Patrick Coupechoux , Journaliste .   Jean-François Lecerf , Ex directeur adjoint de l’EESTS (Ecole Européenne Supérieure du Travail Social) .   Isabelle Von Bueltzingsloewen , Professeur à l’Université de Lyon (Lumière-Lyon 2), Histoire et sociologie de la santé, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) .

Avec Isabelle von Bueltzingsloewen, Extermination, abandon à la mort ou drame de l’exclusion ? La famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation (1940-1945) Entre 1940 et 1945, 45 000 « aliénés » sont morts de faim et de pathologies afférentes à la dénutrition dans les hôpitaux psychiatriques de la France occupée. Comment une telle tragédie a-t-elle pu se produire ? Le régime de Vichy a-t-il été, d’une manière ou d’une autre, impliqué dans ce drame dans lequel certains ont vu l’influence des thèses eugénistes d’Alexis Carrel ? Et comment ont réagi ceux qui étaient en charge des malades à savoir les psychiatres ? C’est à ces questions, longtemps polémiques, que je tenterai de répondre. et Patrick Coupechoux, L’enfermement constitue toujours la réponse favorite de notre société à la question de la folie. Enfermement en prison où le nombre de fous est considérable. La prison qui devient une sorte « d’hôpital général » dans lequel on enferme fous, délinquants, pauvres mêlés. L’enfermement par le regard porté sur la folie non seulement par la société, mais dans le discours officiel et par les plus hautes autorités de l’ État, en particulier depuis le discours d’Antony, en décembre 2008, dans lequel le Président de la République a fait de l’assimilation de la criminalisation de la folie le fondement de sa politique. Enfermement enfin avec la loi de juillet 2010 et son obligation de soin en ambulatoire qui vise à la mise en place d’un système de contrôle : l’asile sans les murs en quelque sorte.

Lille1tv – Les fous dans la cité : de l’abandon à la fin de l’asile (1940 …


Vous aimerez aussi...