Gendarmes et policiers sous la Troisième République (soutenance de thèse de Laurent LÓPEZ)

 

 

1er août 1914. Un manifestant socialiste est saisi par des policiers lillois et des gendarmes.

 

 

 

Laurent LÓPEZ a le plaisir de vous convier à la soutenance de sa thèse pour le doctorat en histoire contemporaine (Paris IV-Sorbonne), intitulée La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, coacteurs  de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914).

Directeur : Jean-Noël LUC (Université Paris IV-Sorbonne)

Co-directeur : Jean-Marc BERLIÈRE (Université de Bourgogne)

Jury

Jean-Marc BERLIÈRE, professeur émérite d’Histoire (Univ. de Bourgogne),

Frédéric CHAUVAUD, professeur d’Histoire (Univ. de Poitiers),

Olivier FORCADE, professeur d’Histoire (Univ. Paris IV-Sorbonne),

René LÉVY, directeur de recherches (CESDIP-CNRS/UMR 8183),

Jean-Noël LUC, professeur d’Histoire (Univ. Paris IV-Sorbonne),

Xavier ROUSSEAUX, professeur d’Histoire du Droit (Univ. de Louvain-la-Neuve).

Lieu : Université Paris-Sorbonne (Ve arrdt., Métro : station « Saint-Michel » ou RER B : station « Luxembourg »), salle J 636 (salle des conseils), gal. Gerson, esc. G, 3e ét.

Entrée : 1, rue Victor-Cousin ou 54, rue Saint-Jacques (plan au verso).

Date et horaire : 26 juin 2012, à 13h30.

Pour des raisons d’organisation, merci d’indiquer votre présence : laurentlopez8@gmail.com ou 06.87.24.73.85

Présentation

Le lieutenant-colonel Louis Larrieu affirmait, en 1922, que « l’unification de la police n’est pas une question urgente ; si elle était résolue, elle marquerait la désagrégation et, probablement, la fin du corps de la gendarmerie ». En extrapolant les propos de cet officier, on pouvait interpréter le rattachement de l’arme au ministère de l’Intérieur, en 2009, comme le début du compte à rebours de la dissolution d’une institution apparue en 1791, peu avant la recréation d’un corps de commissaires de police… Cette réforme cardinale invoquait d’ailleurs la nécessité de mutualiser les moyens et d’apaiser des relations entre gendarmes et policiers marquées, depuis la période révolutionnaire, par un antagonisme irréductible.

L’étude des rapports entre ces deux corps sous la Troisième République contredit pourtant l’image d’une « guerre des polices ». Sans doute les incidents ont-ils fait couler plus d’encre dans les archives que le cours apaisé des collaborations aux facettes multiples et diverses en matière de maintien de l’ordre ou de police judiciaire. Mais dans les faits, les gendarmes et les policiers sont plus étroitement et structurellement complémentaires qu’on ne l’imagine. Leurs accords officiels ou leurs arrangements officieux organisent même un véritable partage de la sécurité publique. Leurs relations complexes sont retracées ici à plusieurs échelles : municipale, cantonale, départementale, nationale et même européenne. Et pour mieux comprendre comment travaillent ensemble les représentants d’une force publique duale, on a porté la même attention aux épisodes routiniers de coopération et aux événements criminels exceptionnels, comme l’affaire Vacher ou la lutte contre la Bande à Bonnot.


Vous aimerez aussi...