Exploitées et dévalorisées, les nonnes se rebiffent (Charlotte Herzog)

A nun walks across the San Damaso courtyard at the Vatican ahead of a visit by US President Donald Trump on May 24, 2017 in Vatican City. / AFP PHOTO / MANDEL NGAN

Le mouvement de libération de la parole des femmes entraîné par l’affaire Weinstein ne s’arrêtera pas aux portes du Vatican : des religieuses ont, elles aussi, décidé de faire entendre leur voix pour dénoncer la place qui leur est réservée au sein de l’Eglise catholique.

Le supplément féminin du journal du Vatican dénonce l’asservissement des bonnes sœurs, souvent cantonnées par l’Eglise à des tâches domestiques sans rémunération ni reconnaissance.

De longues heures passées à cuisiner ou repasser, sans rémunération ni reconnaissance. Des femmes éduquées cantonnées à des tâches domestiques. Des postes à responsabilités dont elles sont, la plupart du temps, exclues… Le mouvement de libération de la parole des femmes entraîné par l’affaire Harvey Weinstein ne s’arrêtera pas aux portes du Vatican : des religieuses ont, elles aussi, décidé de faire entendre leur voix pour dénoncer la place qui leur est réservée au sein de l’Eglise catholique…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  Charlotte Herzog le 5 mars 2018 sur le Lemonde.fr/big-browser