L’Archipel du chien (Philippe Claudel)

Une île. Une île de l’Archipel du chien. Peuplée d’une petite communauté d’hommes vivant de la pêche, de la vigne, des oliviers et des câpriers. Une île à l’écart des fracas du monde mais sur les rives de laquelle un matin vont s’échouer trois cadavres. Qui sont-ils ? Que faire de leurs dépouilles ? Faut-il oublier ou tenter de connaître la vérité, au risque de se perdre ?

Plongez dans le nouveau livre de Philippe Claudel, L’Archipel du Chien, qui sera en librairie mercredi. Un très grand livre, dans la veine des Âmes grises et du Rapport de Brodeck, dont nous sommes heureux de vous offrir un extrait en avant-première. Vous pouvez aussi participer à notre concours Facebook pour gagner un exemplaire dédicacé.

Belle découverte, L’Équipe Stock

 » J’ai imaginé L’Archipel du chien comme un roman de mystère, un récit haletant et oppressant, une épopée moderne sur une communauté d’hommes, bousculée dans sa tranquillité par un événement extraordinaire, qui se trouve alors face à des choix qui vont révéler sa nature profonde, sa petitesse et son égoïsme.

J’avais envie, à l’occasion de ce récit, de renouer avec un type de romanesque que j’avais déjà exploré dans Les Âmes grises et Le Rapport de Brodeck : emmener le lecteur à la découverte d’une géographie mi-réelle mi-rêvée et des êtres qui y vivent, jouer avec les codes du récit policier, construire des personnages pittoresques mais qui se révèlent être de grands archétypes humains, relier le roman aux figures mythologiques ou religieuses afin de proposer, à ceux qui voudraient bien la découvrir et l’explorer, une lecture symbolique de nos vies et de nos destins.

C’est un roman de suspens et de péripéties mais c’est aussi une parabole sur les vieilles sociétés qui rêvent de perdurer à l’abri de leurs frontières impénétrables. J’aime les récits qui peuvent être lus de différentes façons ou à différents niveaux, comme ont pu en écrire Léo Perutz, Georges Simenon, Leonardo Sciascia ou Ismaïl Kadaré. Ces auteurs n’ont jamais oublié le plaisir de lecture que devait apporter un roman au lecteur, le fait que le livre doit emporter et divertir celui qui le lit, avant même de lui délivrer un message.

C’est un roman qui parle d’aujourd’hui puisqu’il évoque la tragédie des migrants risquant leur vie en traversant la Méditerranée, mais il propose une réflexion intemporelle sur notre condition humaine et nos actions.  »
P. C.

Écrivain traduit dans le monde entier, Philippe Claudel est aussi cinéaste et dramaturge. Il a notamment publié aux éditions Stock Les Âmes grisesLa Petite Fille de Monsieur LinhLe Rapport de Brodeck et L’Arbre du pays Toraja.

Membre de l’académie Goncourt, il réside en Lorraine où il est né en 1962.


Vous aimerez aussi...