Espionner l’ennemi pendant la Grande Guerre

Quelles furent les différentes formes d’espionnage et de contre-espionnage mises en place par les belligérants entre 1914 et 1918 ?

Espionnage et renseignement pendant la Première Guerre mondiale est tiré d’un colloque organisé par l’Académie du renseignement en novembre 2014. L’objectif de celui-ci, au début du Centenaire de la Grande Guerre, était de faire le point sur le rôle des différents services de renseignements des pays belligérants et de voir quelles ont été les innovations majeures en termes d’intelligence apparues lors de ce conflit. Et il y en eu de nombreuses. En effet, le premier conflit mondial, dans le domaine du renseignement, a fait basculer la plupart des belligérants dans la modernité. Obtenir des informations sur les plans de l’ennemi afin de pouvoir anticiper et obtenir un avantage certain, tel fut le but de tous les bureaux de renseignements. Pourtant, dès le propos liminaire de Christopher Andrews, nous comprenons bien que la plupart des pays belligérants ont sous-estimé le renseignement et privilégié le développement militaire de leur pays. Ainsi, la France a de nombreux problèmes de cryptage de ses informations, tout comme l’armée russe qui donne, en 1914, les ordres aux troupes sur le terrain par message radio que les Allemands interceptent sans problème. L’écrasante victoire germanique sur les troupes du Tsar à Tannenberg dans les premières semaines du conflit s’explique sans doute, en partie, par ce biais. On comprend tout de suite le rôle primordial qu’allaient prendre les services de renseignement durant ce conflit…

Pour lire le compte rendu du 12 mars 2018  de Nicolas CHARLES  sur le site de Nonfiction

Espionnage et renseignement dans la Première Guerre mondiale – Maurice Vaïsse Olivier Forcade – La Documentation Française222 pages

 


Vous aimerez aussi...