Le crâne de Lusinga interroge le passé colonial belge

Le crâne de Lusinga se trouve actuellement dans un carton au musée des sciences naturelles de Bruxelles. | © Ronald Dersin

Michel Bouffioux : Dans une boîte qui se trouve à l’Institut Royal des Sciences naturelles de Belgique repose le crâne de Lusinga lwa Ng’ombe. Le 4 décembre 1884, ce puissant chef tabwa qui vivait dans la région du lac Tanganyika fut décapité lors d’une expédition punitive commanditée par Emile Storms. Ce militaire belge, autrefois décoré, aujourd’hui oublié, dirigeait la 4ème expédition de l’Association Internationale Africaine. Il faisait tuer les chefs rebelles et il se constituait une collection de crânes pour impressionner ses ennemis. A la fin de son séjour en en Afrique, Storms ramena le crâne de Lusinga mais aussi ceux de deux autres chefs locaux (Mpampa et Marilou). Alors qu’ils sont toujours conservés en Belgique, ces restes humains invitent à un travail de mémoire sur des crimes qui ont été commis au nom de la « civilisation » dans les premiers temps de la colonisation. Ils questionnent aussi notre présent. Peut-on se contenter d’une muette solution de « stockage » dans un musée ? La Belgique ne doit-elle tout mettre en œuvre pour rendre possible le retour de ces restes humains en Afrique? Le « butin » de Storms fut aussi constitué de plusieurs statuettes qui font partie des “trésors” du Musée Royal de l’Afrique centrale à Tervuren… Une enquête a découvrir dans l’édition papier et sur le site de Paris Match Belgique, ainsi que sur un blog spécialement dédié à ce dossier : www.lusingatabwa.com.

 | Publié le 21 mars 2018


Vous aimerez aussi...