Eugène Boyer frôle la guillotine : quand le crime profite au condamné à mort.

Portrait d’Eugène Boyer paru dans Paris-Soir, annonce erronée de son exécution parue dans L’Homme Libre, puis communication de son sursis parue dans Le Journal, 1932 – source : RetroNews-BnF

La nouvelle tient en dix lignes dans L’Homme libre du 7 mai 1932 :

« EUGÈNE BOYER A ÉTÉ GUILLOTINÉ CE MATIN.

Ce matin, à l’aube, boulevard Arago, Eugène Boyer qui, avec son frère Alexandre, assassina, pour la voler, une rentière rue Custine, a expié son forfait. »

Contraint par ses horaires de bouclage, le quotidien a pris un peu d’avance sur un supplice qui devait avoir lieu sans savoir qu’un événement historique allait le faire dérailler.

Moins d’un an plus tôt, en mai 1931, la nouvelle s’étale en une des journaux : les assassins de la veuve Diémer ont été retrouvés. Le 18 janvier, Le Petit Parisien racontait comment des habitants de Montmartre avaient retrouvé chez elle le cadavre de cette octogénaire…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Jean-Marie Pottier le 28 mars 2018 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...