L’ogresse de la Goutte-d’Or, tueuse d’enfants – Presse RetroNews-BnF

La meurtrière Jeanne Weber en une du Petit Journal, supplément du dimanche, 24 mai 1908 – source : RetroNews-BnF

« L’ogresse de la Goutte-d’Or » : un surnom terrifiant, à la mesure de l’horreur qu’inspirèrent les crimes incompréhensibles de Jeanne Weber lorsqu’ils furent révélés. La jeune femme étrangla en effet dix enfants, dont les siens.

Son destin, au départ, est pourtant banal. Jeanne Moulinet, née en 1874 en Bretagne, dans un petit village de pêcheurs (Kérity), part pour Paris à l’âge de quatorze ans. Elle s’y marie avec Jean Weber, un camionneur, en 1893. Le couple s’installe au 38, rue Pujol, dans le quartier de la Goutte-d’Or (18e arrondissement). Ils ont trois enfants : le premier, une petite fille, meurt à la naissance. Les deux autres sont retrouvés morts en bas âge, sans raison apparente.

La suite, horrible, est amplement relatée par la presse, à l’instar du Petit Journal du 29 janvier 1906 qui raconte les faits survenus l’année précédente …

Pour en savoir plus lire le billet publié par Pierre Ancery le 26 mars 2018 sur le site Retronews

Crimes : Jeanne Weber, l’ogresse de la Goutte d’Or – YouTube


Vous aimerez aussi...