Prendre des nouvelles des prisonniers de guerre lors de la campagne de 1940

Prisonniers du stalag III-D, sans date. Collection particulière.

Lors du printemps 1940, la débâcle de l’armée française entraîne la capture de plus de 137 000 soldats bretons. Si certains sont détenus quelques semaines dans des camps en Bretagne, d’autres quittent immédiatement la France en direction de l’Allemagne. Ce long trajet, pénible pour les captifs, laisse également de nombreuses familles dans l’incertitude. Sans nouvelles de leurs proches pendant plusieurs semaines, elles ne peuvent en effet contenir leurs angoisses. Là encore, la correspondance reste la meilleure preuve de vie qui soit. Forts de « l’expérience de la guerre 1914-18 », les membres de la Fédération nationale des anciens combattants prisonniers de guerre (FNAPG) tentent de prodiguer quelques conseils utiles aux familles par voie de presse1

Pour en savoir plus lire le billet publié par Yves-Marie EVANNO sur le site de la revue En envor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…


Vous aimerez aussi...