Le viol et la justice comme autant de constructions culturelles

Carte postale. Collection particulière.

Historienne prolixe, Isabelle Le Boulanger s’est fait une spécialité des sujets particulièrement difficiles. Si Yves-Marie Evanno a rendu compte, dans ces mêmes colonnes, de ses travaux sur les réfugiés espagnols en Bretagne à la fin des années 1930, là n’est absolument pas le domaine de prédilection de cette chercheuse associée au Centre de recherche bretonne et celtique. En effet, c’est bien l’enfance et en particulier l’enfance abandonnée, maltraitée, qui focalise l’essentiel de son attention, et ce depuis une thèse remarquée et entreprise sous la direction de Christian Bougeard1. Loin d’avoir épuisé le sujet, Isabelle Le Boulanger publie aux éditions Goater un petit ouvrage dont le titre dévoile sans ambiguïté aucune le propos : « Bretagne et enfance violée au XIXe siècle »2

Pour en savoir plus lire le billet publié par Erwan LE GALL sur le site de la revue en Envor

LE BOULANGER, Isabelle, Bretagne et enfance violée au XIXe siècle, Rennes, Editions Goater, 2017.


Vous aimerez aussi...