Le procès de Bobigny : La cause des femmes. La plaidoirie de Me Gisèle Halimi

Texte de la plaidoirie de Gisèle Halimi au procès de Bobigny qui a conduit à la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse.

« S’il reste encore au monde un serf, c’est la femme, c’est la serve, puisqu’elle comparaît devant vous, Messieurs, quand elle n’a pas obéi à votre loi, quand elle avorte. Comparaître devant vous. N’est-ce pas déjà le signe le plus certain de notre oppression ? Pardonnez-moi, Messieurs, mais j’ai décidé de tout dire ce soir. Regardez-vous et regardez-nous. Quatre femmes comparaissent devant quatre hommes… Et pour parler de quoi ? De sondes, d’utérus, de ventres, de grossesses, et d’avortements !…  » Rosanna Lendom Avocat – Cannes

Pour en savoir plus sur lagbd.org


Vous aimerez aussi...