La jeunesse de Louise Michel : enjeux politiques des récits sur les origines d’une révolutionnaire (Sidonie Verhaeghe)

Louise Michel en 1880.

Dans le dernier tiers du XIXe siècle, Louise Michel est une personnalité contrastée qui fait l’objet d’une production discursive abondante et politiquement polarisée. Dans ce cadre, les recherches et les récits biographiques autour de sa jeunesse illustrent la volonté de déterminer une essence, un patrimoine génétique, ou les dispositions à l’engagement révolutionnaire. Au carrefour entre science et politique, ces récits donnent à voir les valeurs et les idées des acteurs, leur façon de définir les problèmes sociaux, leur positionnement dans différents clivages de l’espace politique de l’époque : la mémoire de la Commune de Paris, la pratique révolutionnaire, le féminisme. L’article montre comment la jeunesse de Louise Michel est construite et imaginée afin de donner du sens et une légitimité aux discours de crédit et de discrédit d’une personnalité qui incarne les oppositions politiques qui parcourent les débuts de la IIIe République.

Sidonie Verhaeghe (CERAPS, CNRS, Université de Lille) est docteure en science politique, spécialiste de la sociologie historique du politique, de l’histoire sociale des idées politiques et des usages politiques de l’histoire. Elle a fait sa thèse sur la mise en célébrité, en postérité et en mémoires de la figure de Louise Michel, de 1871 à 2013. Ses dernières publications : « Louise Michel, féministe : analyse d’une opération de qualification politique aux débuts de la IIIe République », Le Temps des Médias, n°27, 2017, p. 18-32.« ”Les victimes furent sans nom et sans nombre”. Louise Michel et la mémoire des morts de la Commune de Paris », Mots. Les langages du politique, n°100, 2012, p. 31-42. Sidonie VERHAEGHE: CERAPS (UMR 8026) – Université de Lille

Pour lire le texte intégral sur le site de la revue journals.openedition.org/criminocorpus/3714


Vous aimerez aussi...