De la morphinée à la junkie : les visages de la droguée (Jean-Jacques Yvorel)

Victorien du Saussais, La morphine. Vices et passions des morphinomanes (1906)

Dans les dernières décennies du XIXe siècle, les intoxications à la morphine se multiplient. La morphinomanie, nom donné à cette nouvelle « maladie » par un médecin allemand, Edouard Levinstein, touche principalement des hommes bien souvent médecins ou proches des milieux médicaux. Pourtant c’est une autre figure d’intoxiqué qui va s’imposer comme véritable archétype, et cette autre figure est de sexe féminin : c’est la « Morphinée ».

Le 29 août 1969, Martine, une jeune fille de 17 ans, meurt d’une overdose d’héroïne dans les toilettes du casino de Bandol. Cet événement immédiatement médiatisé, va déclencher une véritable panique morale qui persuade les responsables politiques de la nécessité de légiférer. C’est donc sous les traits d’une « junkie » que les problèmes de drogue pour reprendre le titre d’un rapport officiel, refont leur apparition en France.

Quels sont les liens de parenté et les points de divergence entre la « Morphinée » Fin de Siècle et la « junkie » de années soixante-dix ? Qu’est-ce qui unit et qu’est-ce qui sépare, à près d’un siècle de distance ces deux figures de « mauvaises filles ».

Pour lire le texte intégral sur le site de  journals.openedition.org/criminocorpus/3696

Jean-Jacques Yvorel est historien. Chercheur associé au CRH19 et au CESDIP. Ces travaux portent sur l’histoire de la déviance et de la délinquance, des discours savants ou profanes qu’elles suscitent, des dispositifs législatifs (fabrique du droit) et institutionnels qu’elles génèrent. C’est en suivant ce fil conducteur qu’il travaille sur l’histoire de la justice, de la médecine, de la sociabilité populaire, de l’enfance  » irrégulière « . Parmi ses dernières publications : « De la révolution thérapeutique au péril médico-social », Après-demain, n° 44, octobre 2017, p. 19-21.« Placement et travail avec les familles à l’Éducation surveillée de 1945 aux année soixante-dix. », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n° 19, novembre 2017, p. 169-184.

Articles du même auteur


Vous aimerez aussi...