Les Françaises, les Français et l’épuration – La tondue de Chartres

Retour sur l’histoire de la “Tondue de Chartres”, cette femme rasée et immortalisée par le photographe Robert Capa lors de la Libération de Chartres. Accusée de “collaboration horizontale”, son histoire en cache une autre, celle de sa voisine, une suissesse soupçonnée d’avoir dénoncé des résistants.

Les Françaises, les Français et l’épuration, c’est le titre du nouveau livre de Fabrice Virgili et François Rouquet. Fabrice Virgili est l’invité de Franck Ferrand cet après-midi. Ensemble, ils évoqueront ce sujet sensible, dérangeant. Pour nous immerger dans l’époque et ses problématiques, Franck Ferrand évoque l’image déjà très célèbre de la tondue de Chartres.

Invité de l’émission : Fabrice Virgili, historien, directeur de recherche au CNRS

Pour écouter l’émission sur le site d’Europe1

Parution du livre le 12 avril 2018 –  « Alors que l’orage s’éloigne, une tâche immense s’impose à tous les Français : celle de refaire notre belle France que les nazis ont souillée de leur présence. »

Cet écho du Travailleur de l’Oise en octobre 1944 illustre la démarche de ce livre : s’attacher non plus à la seule étude politique et institutionnelle de l’épuration, mais, dans la veine d’une historiographie renouvelée, aux Françaises et aux Français face à l’événement.

Il y a une évidente dimension populaire de l’épuration. Il s’agit non pas du catalyseur des «excès de la foule» qui déborderait les nouvelles autorités, mais au contraire d’un mouvement antérieur à l’installation du pouvoir politique à la Libération. Deux dynamiques coexistent en effet dès le début de l’Occupation. L’une, en France, souterraine mais qui s’étend, lente et silencieuse, menace les traîtres et, l’heure venue, veut les tuer ; l’autre, à Londres, puis dans les autres terres d’exil, réfléchit à la justice et à ses normes et prépare des ordonnances. Ces dynamiques, disjointes, se conjuguent finalement au moment de la libération des territoires dans une grande diversité de situations.

Cette histoire sociale de l’épuration prend en considération également la question du genre : les relations entre les femmes et les hommes ne sont pas seulement perturbées durant la guerre, leurs identités respectives le sont également et durablement. La volonté de régénération de la patrie et des mœurs, notamment des mœurs féminines, explique l’ignominie des tontes.

C’est donc dans un cadre géographique et social élargi que cet ouvrage envisage l’épuration : du village au pays tout entier, jusqu’au continent et à l’Empire ; de l’intimité du domicile et de la famille au bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

Fabrice Virgili est historien, directeur de recherche au CNRS.

Il travaille au sein de l’UMR 8138-IRICE (Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe), à Paris1 Panthéon-Sorbonne.

Le cadre général de ses recherches concerne l’effet des guerres mondiales sur les relations entre hommes et femmes. Les principaux thèmes sont : Identités de genre et guerre au XXème siècle. Guerre et sexualité. Frontières, affrontements et intimité. Enfants nés de couples franco-allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Guerres, violences et sociétés.

Il a soutenu son mémoire d’habilitation à diriger des recherches intitulé Guerres et genre le 21 novembre 2009.

Il participe à l’axe de recherche transversal Le genre à Paris 1 et est membre du comité de rédaction de la revue CLIO Histoire, femmes et sociétés

Rouquet François : 

  • Professeur d’Histoire Contemporaine à l’Université de Caen (sept. 2011)
  • Responsable de l’Axe Seconde Guerre mondiale au CRHQ
  • Co-responsable scientifique EGO

 

Première édition Collection Folio histoire (n° 274), Gallimard

832 pages + 8 p. hors texte, 13 ill., sous couverture illustrée, 108 x 178 mm
Achevé d’imprimer : 20-03-2018

Genre : Essais Thème : histoire /politique, économie
Sous-thème : Temps présent (1914 – XXe s.) Catégorie > Sous-catégories : Connaissance > Histoire – Politique, économie


Vous aimerez aussi...