(Maîtrise) Nicole Marty, Les camps d’internement en Seine-Inférieure à la Libération

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine dirigé par Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2001, 134 pages et annexes.

Dans son Guide des archives judiciaires, Jean-Claude Farcy avait mentionné l’existence d’archives sur le camp d’internement de suspects de collaboration situé dans l’enceinte d’une institution scolaire privée rouennaise, Join-Lambert. Nicole Marty a offert la première analyse de ce camp et de ses annexes situées au sein de la prison Bonne Nouvelle et dans l’établissement d’assistance de Grugny. Ces deux annexes sont par ailleurs évoquées dans les mémoires de maîtrise de Farid Mebarki et Valérie Cordier. Ces travaux complètent utilement l’étude de Denis Peschanski sur les camps d’internement français et sont à mettre en relation avec le mémoire d’Hervé Bertonchini sur les camps établis au sein de l’ancienne maison centrale de Gaillon, dans l’Eure, pendant l’Occupation et à la Libération.

L’étude présente les ordonnances et arrêtés qui présidèrent à l’organisation de ces structures administratives dépendant du ministère de l’Intérieur : l’ordonnance du Comité français de libération nationale du 20 novembre 1943 sur l’internement des individus dangereux pour la défense nationale et la sécurité publique, ordonnance qui faisait référence à une ordonnance du 8 novembre 1939 autorisant les préfets à assigner à résidence ou à interner des individus dangereux jusqu’à la fin des hostilités. Un arrêté du 14 mars 1944 réglementait les internements, les modalités des écrous, l’organisation des visites et des correspondances, l’ordonnance du 4 octobre 1944 sur “l’internement des individus dansgereux pour la Défense nationale et la Sécurité publique”…

JPEG - 929.4 ko

Les individus internés devaient rembourser leurs frais d’entretien (18 francs par jour en 1944 dont 15 francs et cinquante centimes pour leur nourriture) (21 francs par jour en 1945), mais ils n’avaient rien à payer s’ils étaient reconnus insolvables après enquête auprès de leur municipalité d’origine, s’ils étaient libérés avec un avis favorable de la commission de vérification des internements ou encore s’ils étaient acquittés par une cour de justice ou une chambre civique. Si dans les premières heures des lendemains de la libération, les arrestations et internements se firent dans un certain désordre – placements dans la prison de Neufchâtel-en-Bray, dans celle du Pollet à Dieppe, dans celle du Havre en partie détruite lors des bombardements – ils furent ensuite mieux organisés par une Commission d’épuration placée auprès du Comité départemental de libération (24 octobre 1944), par une Commission de contrôle des internements placée auprès du préfet (la première séance de la commission de Rouen se tint le 10 décembre 1944).

Les effectifs des internés ne sont pas aisés à établir car les sources sont parfois contradictoires. De la Libération à août 1945, 2119 arrêtés d’internement furent signés par le préfet de Seine-Inférieure (1544 de septembre à décembre 1944). Ces arrêtés ne signifient pas forcément arrestations car des collaborateurs ont fui. Par ailleurs des FFI procédèrent à des arrestations, sans attendre les arrêtés préfectoraux. Deux registres concernant Join-Lambert mentionnent 1882 individus matriculés. Une note non datée des renseignements généraux signale 1788 internés. Nous approchons d’un ordre de grandeur voisin de 2000 internés. Dans l’établissement de Join-Lambert, l’effectif le plus important est atteint le 30 octobre 1944 : 865 internés. Fin juillet 1945, les quelques internés demeurant encore à Join-Lambert furent transférés à Gaillon, devenu centre d’internement pour les cinq départements normands.

Le mémoire présente la vie quotidienne dans ce camp qui occupait les quatre-cinquième d’un établissement scolaire et où les élèves apercevaient les internés en promenade depuis leurs salles de classes. Les premiers internés durent nettoyer cet établissement qui avait été en partie réquisitionné par les troupes allemandes, puis par les Miliciens. Le rez-de-chaussée accueillit les parloirs, l’infirmerie, les salles des enquêteurs, les réfectoires. Dans les étages furent aménagés des dortoirs de 40 et 28 personnes. Quelques petites chambres furent occupées par des notables. Le camp fut improvisé : précarité du couchage, alimentation médiocre et insuffisante, hygiène déplorable, mais bien des rouennais victimes des bombardements vivaient eux aussi dans la précarité.

Nicole Marty offre également des profils d’internés que les études en cours sur l’Epuration compléteront certainement. Les annexes de qualité présentent des lettres qui reflètent l’état d’esprit de certains internés. (Jean-Claude Vimont)