(Maîtrise) Hervé Bertonchini Les camps d’internement administratif de Gaillon

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine dirigé par Olivier Dumoulin, Université de Rouen, 1993, 194 pages et un volume d’annexes

La maison centrale de Gaillon avait été transformée en caserne aux débuts du XXe siècle. Le château du cardinal Georges d’Amboise retrouva sa fonction carcérale durant l’Occupation et à la Libération : un camp d’internement administratif y fut organisé. Pendant l’Occupation, plusieurs catégories “d’indésirables” furent acheminées par les gouvernements du maréchal Pétain à Gaillon. Huit Juifs, arrêtés dans l’Eure en novembre 1942, n’y séjournèrent que six jours avant leur transfert à Drancy. Près d’une quarantaine de droits communs ( principalement des femmes) furent également internés dans le château. Deux groupes plus importants constituèrent la population de ce camp : des politiques ( 130 hommes et 129 femmes) et des trafiquants de marché noir (272 hommes et 14 femmes).

JPEG - 1.3 Mo
Arrêté d’internement pour marché noir

Le mémoire apporte de précieuses informations sur la répression des trafics de denrées par les autorités de Vichy ( professions des internés, types de trafics). De nombreux communistes de la région parisienne sont arrêtés durant l’automne 1941 et conduits dans le camp de l’Eure. Parmi eux, Pierre Semard, ancien membre du comité central, secrétaire de la fédération des Cheminots CGT. Ils sont rejoints par des auteurs de manifestations séditieuses : collage de papillons contre la politique du gouvernement, distribution de tracts, propos hostiles à la personne du Maréchal etc. Les autorités allemandes ne se désintéressent pas de leur sort et, à plusieurs reprises, organisent des transferts vers le camp de Compiègne.

JPEG - 1.6 Mo
Camp d’internement de Gaillon pendant l’Occupation
Archives départementales de l’Eure

À la Libération, 1400 individus furent acheminés à Gaillon. Les femmes représentaient 35 % des internés. Les trafiquants de marché noir représentaient 19% de l’effectif. Durant les premiers mois, le camp accueillit les suspects d’activités “anti-nationales” du département de l’Eure. À partir d’août 1945, il devint le seul camp d’internement administratif des cinq départements normands. Des habitants de la région parisienne y sont également conduits. Le mémoire présente les deux pics d’arrestations : les lendemains de la Libération, puis les arrestations de mai à juin 1945 de personnes parties travaillées en Allemagne et rapatriées en France après l’écroulement du Reich. Les finalités de ces internements sont analysées ainsi que le devenir des internés. Les suspects de collaboration appartiennent à plusieurs catégories : les volontaires partis travailler en Allemagne ( près de 227 dénombrés par l’auteur), les membres de partis ultras (PPF, RNP, MSR…), les membres de formations militaires ou para-militaires ( SS et miliciens), les fonctionnaires du régime précédent, les suspects de dénonciation.

Le mémoire consacre une seconde partie aux conditions de vie dans le camp : état sanitaire, nourriture, visites, relations avec la ville de Gaillon, personnel de surveillance etc. Plusieurs chapitres sont consacrés aux réactions des internés, à leur ennui, leurs attentes et leurs craintes. (Jean-Claude Vimont)