1907 : La mutinerie du 17e régiment d’infanterie

Les mutins du 17e régiment d’infanterie fraternisent avec les manifestants du Midi – source : WikiCommons

Lorsque le 17e régiment d’infanterie est appelé à réprimer les manifestations des vignerons du Languedoc, ils refusent de tirer sur leurs familles et amis – c’est crosse en l’air qu’ils entrent à Béziers.

L’année 1907 est une année de crise pour les vignerons languedociens. Entre la surproduction vinicole (y compris de mauvais vins obtenus par chaptalisation) et l’importation de vin étrangers (Espagne, Italie), les producteurs du Languedoc sont à bout.

La misère touche tous les viticulteurs, les ouvriers ainsi que la population locale, qui dépend de cette production.

En mars 1907, les vignerons marchent sur Narbonne pour discuter de la situation avec une commission parlementaire. C’est le début d’une nouvelle « Révolte des gueux », protestation qui enfle en ce printemps 1907 et que George Clemenceau, président du Conseil, méprise dans un premier temps – « Je connais le Midi, tout ça finira par un banquet », avance-t-il, sûr de lui.

Mais en juin, le mouvement ne faiblit pas et le 20, une immense manifestation se déroule dans les rues de Narbonne. Clemenceau fait donner la troupe, qui tire sur la foule, faisant 5 morts et 33 blessés.

Ce massacre crée un choc dans la population mais aussi au sein du 17e régiment d’infanterie, récemment muté de Béziers à Agde. Ce régiment est formé de réservistes et de conscrits de la région ; tous refusent de tirer sur leurs familles, voisins et amis. Le soir même de la tuerie, 600 soldats se mutinent 

Pour en savoir plus lire le billet publié le 12 avril 2018 par Michèle Pedinielli sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...