(Maîtrise) Marie Follet Le journal intime d’Elisabeth Véra Tim, 1938-1948. Étude formelle et historique

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, Rouen, 2001, 170 p. et des annexes illustrées.

Cette jeune lycéenne débute son journal en 1938. Elle vit à Paris et est d’origine russe. Son père est pope. Née à Londres aux lendemains de la Révolution, elle est de nationalité anglaise. L’étude de ses écrits révèle le trouble identitaire qui l’assaille lorsque la guerre survient, puis quand les autorités allemandes d’occupation la conduisent dans les camps d’internement pour civils étrangers de Besançon et de Vittel. En 1940, lors de la défaite, son journal se couvre de coupures de presse et de diatribes antisémites. Internée, elle est amoureuse de l’un de ses gardiens allemands. Quand l’URSS est attaquée, le trouble atteint son paroxysme. Elle se sent russe, anglaise, mais est amoureuse. Marie Follet, avec beaucoup de sensibilité, a tenté de cerner la construction d’une personnalité et les troubles d’un être en devenir, lycéenne, étudiante, puis femme à la Libération. Les internements de civils anglo-saxons de 1940 à 1944 sont méconnus et ce journal intime apporte quelques éclairages précieux. Le concept “déviance des jeunes”, lorsque les destinées sont autant chahutées, bousculées, intimement meurtries (même si le sort des internés civils de ce type n’eut rien à voir avec le sort tragique d’autres populations) doit être manié avec d’infinie précautions. La guerre fait subitement irruption dans la pratique diariste de cette jeune fille. Le fond et la forme du journal subissent des inflexions majeures au gré des événements. Elle est tiraillée entre plusieurs attaches identitaires, nationales, politiques et religieuses. La guerre bouscule un processus d’assimilation. Le journal offre de précieuses notations sur le quotidien dans les camps d’internement de civils pendant l’Occupation. Marie Follet a publié un article “la jeune fille et la guerre” dans Trames, n°8, 2000, p. 87-102. Jean-Claude Vimont a publié ” la brutalisation du journal intime d’une internée civile pendant le second conflit mondial”, dans Rolf Wintermeyer (dir.) Moi public et moi privé, Rouen, PURH, 2008, p. 225-238. (Jean-Claude Vimont)