La Morgue de Paris, « musée des suicidés et des assassinés »

Vue intérieure de la Morgue en 1845, dessin d’après une peinture de Carré – source : Gallica-BnF

Au XIXe siècle, la Morgue de Paris est un lieu ouvert à tous. Les badauds peuvent y observer à loisir les dépouilles non identifiées exposées derrière des vitrines.

Pendant des siècles, lorsqu’une personne était retrouvée morte en dehors de son domicile et qu’il était impossible de l’identifier, sa dépouille était entreposée à la vue du public dans une petite pièce à l’entrée des prisons. Cette salle portait le nom de « morgue », qui signifie « visage », puisqu’on pouvait venir y jeter un œil pour tenter de reconnaître, dans le meilleur des cas grâce à son visage, le corps d’un proche disparu.

À Paris, l’exposition des cadavres en attente d’identification s’est tenue dans la basse geôle de la prison du Grand-Châtelet jusqu’en 1804, puis fut transférée quai du Marché-Neuf sur l’île de la Cité…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 29 mars 2018 par Priscille Lamure sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...