(Maîtrise) Alexandra Étienne La maison d’arrêt d’Évreux (1801-1840)

Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2000, 135 pages et annexes

Le titre du mémoire est trompeur car sont étudiés plusieurs établissements carcéraux successifs : les prisons créées pendant la Révolution, dans un ancien séminaire, à côté d’un tribunal et d’une gendarmerie, et la prison cellulaire ouverte en 1912, une des rares prisons construites en France à la suite du vote de la loi de 1875 sur l’application du cellulaire aux détenus en préventive et aux courtes peines. La très longue gestation de ce nouveau bâtiment est parfaitement présentée grâce à l’étude des délibérations du Conseil général de l’Eure. La question du financement, de la part locale et de celle de l’État retarda considérablement les travaux. Le plan de la prison est celui d’une croix latine avec une aile de 28 cellules sur deux étages pour les femmes, une branche de 80 cellules pour les hommes ( selon les aménagements de 1912). Des préaux triangulaires furent aménagés à l’extrémité de chaque bras de la croix. Le mémoire comporte également une analyse du fonctionnement des prisons d’Évreux, de leur population, de leurs règlements, de leurs personnels de surveillance. (Jean-Claude Vimont)